Au Diable, les smartphones ?

Banc Public n° 253 , Janvier 2017 , Catherine Van Nypelseer



Jean-Claude Larchet, théologien orthodoxe et philosophe français, vient de publier un essai intitulé «Malades des nouveaux médias»(1). Il s’agit d’un plaidoyer à charge, très critique, prenant le contrepied de la tendance dominante valorisant à outrance les nouvelles technologies et leur utilisation dans la vie quotidienne. Le point de vue choisi est celui des maladies – personnelles ou sociales – que provoquent l’utilisation des nouveaux appareils, de la télévision au smartphone en passant par les ordinateurs ou les jeux vidéo.

 

 

 

 

Pour cet auteur, l’utilisation des nouveaux médias modifie en profondeur le fonctionnement intellectuel et donc fait évoluer la structure cérébrale et, par conséquent, la nature même de l’être humain.

 

Les premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés à l’analyse des effets négatifs des nouveaux médias sur les personnes et les sociétés, tandis que le dernier traite des moyens de limiter ces perturbations par une utilisation raisonnée.

 

Définitions

 

De quoi parle-t-on dans cet ouvrage ? Un médium est un moyen, un intermédiaire. «Le pluriel, médias, sert depuis longtemps à désigner les grands moyens de transmission de l’information : la presse écrite, la radio, la télévision. L’expression ‘‘nouveaux médias’’ désigne quant à elle les moyens de communication les plus récents, utilisant les techniques numériques développées grâce à l’informatique» (p.11).

 

Il s’agit «des ordinateurs connectés et de leurs dérivés simplifiés (tablettes…) ainsi que des smartphones qui conjuguent les avantages de ces derniers avec ceux des téléphones portables, des appareils photo et des baladeurs (…). Comme tous ces moyens impliquent un écran, on utilise parfois l’expression ‘‘les écrans’’ pour les désigner globalement, ce qui permet d’y inclure aussi la télévision», qui s’en approche par certains côtés.

 

Excès

 

L’ouvrage fort sérieux de Jean-Claude Larchet nous a néanmoins fait éclater de rire lorsqu’il aborde les perturbations causées par les nouveaux médias dans la vie religieuse et monastique : «Il n’est pas rare de voir les fidèles, les moines, voire les célébrants eux-mêmes consulter leurs smartphones au cours des offices, l’urgence potentielle et le devoir d’être au service du prochain constituant par avance de bonnes excuses». «Chez certains ermites devenus dépendants, le temps des offices se trouve souvent gravement amputé.» (p.291)

 

Un autre argument interpellant à l’appui de sa critique est le fait que les dirigeants des grandes entreprises développant et promouvant les nouveaux médias écartent ou limitent sévèrement les nouveaux appareils de leur propre vie familiale:

 

«Sans doute parce qu’ils sont les plus conscients des effets négatifs des nouveaux médias, ce sont leurs concepteurs qui sont les plus empressés à en protéger leurs enfants.» (p.283)

 

A ce propos, il mentionne l’existence d’une école qui «a la particularité rare d’être une école non connectée» située «au cœur de la Silicon Valley» (la Waldorf school of the Peninsula, à Los Altos en Californie) : «Les trois quarts de ses élèves ont des parents qui travaillent pour les grandes entreprises :umériques installées dans la région : Google, Apple, Yahoo, Hewlet-Packard… ». Selon lui, «Ces employés occupés à développer le numérique et à le promouvoir dans toutes les couches de la population apprécient particulièrement le fait que cette école préserve totalement leur progéniture des ordinateurs, tablettes et smartphones jusqu’à la classe de quatrième.» (p.284)

 

Ces enfants sont également ainsi protégés à la maison, comme l’a révélé un retentissant

article du New York Times, traduit dans le Courrier international du 7 janvier 2015, dans lequel on avait appris que les enfants de Steve Jobs n’avaient pas le droit de se servir de l’iPad que sa firme Apple venait de lancer sur le marché: au détour d’une interview, le journaliste Nick Bilton avait suggéré à la superstar des nouvelles technologies que ses enfants devaient adorer le nouvel appareil ; il avait été stupéfait de sa réponse: «Ils ne s’en sont pas servi. Nous limitons l’utilisation de la technologie par les enfants à la maison».

 

Le journaliste avait ensuite rencontré «un certain nombre de PDG de la Silicon Valley» qui lui avaient «tenu le même discours. Ils limitent strictement le temps d’écran de leurs enfants, interdisant souvent les gadgets électroniques les veilles d’école et fixant des limites très strictes les week-ends».

Pour le journaliste américain, «ces PDG ont l’air de savoir quelque chose que le commun des mortels ignore» parce que «la plupart des parents (…) semblent adopter la stratégie inverse» et «laissent leurs enfants se plonger nuit et jour dans la lueur des tablettes, des smartphones et des ordinateurs» (cit. pp.284-286).

 

Dépendance

 

Un des aspects importants de la critique de Jean-Claude Larchet sur l’utilisation des nouveaux médias est donc la dépendance qu’ils provoquent. Ce que Pascal appelait «divertissement», du latin divertere, l’activité que l’homme déploie pour se détourner de lui-même, génère chez «l’homme moderne» un besoin de «connexion et de communication permanente» qui «prend la forme d’une addiction, semblable aux addictions classiques dont le but fondamental est aussi de s’évader» (p.105).

 

«La connexion et la communication médiatiques sont devenues (…) une seconde nature, à tel point que pour beaucoup de nos contemporains l’existence est devenue inimaginable sans elles. Vivre sans télévision, sans ordinateur, sans tablette ou sans smartphone est devenu pour beaucoup comme vivre sans se nourrir ou sans respirer, et les articles se multiplient d’individus connectés qui relatent une période où ils ont vécu sans ces appareils comme s’il s’agissait d’un exploit héroïque.» (p.106)

 

Certains éprouvent le besoin de «consulter frénétiquement» leur boîte mail ou la messagerie de leur smartphone pour s’assurer qu’aucun nouveau SMS n’y est arrivé, ou encore contrôlent «en permanence le nombre de [leurs] ‘like’ sur Facebook ou de leurs ‘followers’ sur Twitter pour être rassuré[s] quant à [leur] existence même et [leur] propre valeur aux yeux des autres».

 

Narcissisme

 

Sous l’intertitre «La représentation de l’image de soi plus importante que la réalité de soi», Jean-Claude Larchet rappelle que «Dans les sociétés traditionnelles, la personne était peu valorisée socialement, soit que la communauté ou la collectivité l’efface en prenant le pas sur elle, soit que des valeurs éthiques particulières (comme la modestie, ou l’humilité dans le christianisme) l’invitent à s’effacer. Les personnes valorisées ont pendant des siècles été des héros ou des créateurs (…)».

 

«Les nouveaux médias permettent à chacun non seulement de se photographier, de se filmer ou de s’enregistrer soi-même, mais d’arranger au moyen de divers logiciels les diverses représentations de soi, et de les poster sur les réseaux sociaux (…). Pour se distinguer des autres, tous les comportements sont bons, notamment les plus marginaux, les plus excentriques, les plus extrêmes, les plus dangereux.» (p.193)

 

Dispersion intellectuelle

 

Un chapitre entier (XII, pp.213-242) est consacré à «La diminution des compétences intellectuelles».

 

Le facteur mentionné en premier à l’appui de cette thèse est le «caractère chronophage» des nouveaux médias qui «amputent considérablement (de 28 à 36% selon une étude récente) le temps dû aux apprentissages (leçons et devoirs)» (p. 214).

Vient ensuite la fatigue qu’ils provoquent, soit par la dépense d’énergie qu’ils requièrent, soit en «réduisant la durée et la qualité du sommeil».

Ils entraînent en outre une «réduction de la capacité d’attention et de concentration», «au point que de plus en plus d’enfants et d’adolescents se montrent incapables de se fixer plus de quelques minutes sur un exposé oral ou un texte écrit».

Jean-Claude Larchet affirme encore qu’ils sont la cause d’une «diminution des compétences linguistiques», et incrimine également une «absence de stimulation à la réflexion» à laquelle ils laissent peu de temps vu le flux continu d’interruptions et de tentations auquel leurs utilisateurs sont soumis; il mentionne encore «l’isolement» des élèves utilisateurs de nouveaux médias par rapport aux «acteurs principaux de l’éducation» que sont les parents et les enseignants.

 

«D’une manière générale», estime-t-il, «les nouveaux médias, parce qu’ils sont eux-mêmes porteurs de l’activité, ont plongé les enfants dans un état de passivité et de léthargie intellectuelle (…) et de consommation de plaisirs audiovisuels faciles, à l’opposé de la discipline, du sens de l’effort, de la patience, de la persévérance, et des sacrifices qu’implique tout apprentissage sérieux dans quelque domaine que ce soit». C’est de «cette passivité et cette léthargie devant les écrans» que résultent «une impulsivité et une hyperactivité désordonnée et confuse en dehors d’eux, c’est-à-dire dans le cadre familial normal et dans le cadre scolaire» qu’elles perturbent lourdement (p.215).

 

Relations virtuelles

 

Un chapitre important (VI, pp.103-130) est consacré à la «Destruction des relations interpersonnelles».

 

Après avoir rappelé l’affirmation de Marshall Mac Luhan selon laquelle «les médias modernes ont fait du monde un village», qui lui paraît «pertinente d’un certain point de vue» puisque ceux-ci permettent de mettre en communication instantanément des personnes situées à (presque) n’importe quel endroit de la planète, ainsi que de faire connaître à l’ensemble de ses habitants les événements quasiment au moment où ils se produisent, il se livre à une critique détaillée de la qualité des relations ainsi établies.

 

Les nouveaux médias comme Internet, les espaces de discussion, Facebook, Twitter permettent en effet «à des gens éloignés de se rencontrer, de former des groupes comme dans les associations d’un village (…) et d’échanger comme s’ils étaient proches» ,mais les relations ainsi établies ne sont pas équivalentes à celles qui se forment entre des personnes qui se rencontrent physiquement.

 

Pour Jean-Claude Larchet, «il manque à ces rencontres et à ces discussions le poids et la richesse du réel» car «les visages et les corps – avec toute la densité et la variété de nuances et d’affects qu’ils apportent à la communication – sont le plus souvent absents. Les personnes sont en relation permanente, mais en même temps chacune est rivée à son écran et séparée des autres personnes concrètes, y compris lorsqu’elles sont à proximité immédiate».

 

C’est évidemment exact, mais nous voudrions objecter que les communications permises par les nouveaux médias n’empêchent pas la continuation des autres formes de relation. Il n’est pas toujours utile ou agréable de se confronter physiquement à une personne comme un fonctionnaire communal ou une préposée d’un bureau de poste pour une opération administrative standard pour laquelle ce contact en face à face n’apporte rien mis à part l’énervement de part et d’autre après une longue attente…

 

En fait, l’auteur de «Malades des nouveaux médias» dénonce une tendance à remplacer tout contact humain réel par des relations virtuelles, qui n’est mise en œuvre que par une partie des utilisateurs des nouveaux médias, les autres les utilisant en parallèle avec les autres formes de relations humaines.

 

Des cas extrêmes comme des personnes handicapées immobilisées chez elles peuvent établir grâce aux nouvelles technologies des relations bien plus riches culturellement que si elles doivent se limiter aux contacts humains de base avec l’infirmier qui vient les laver, leur médecin ou la personne qui vient leur apporter leurs repas.

 

Nouvelles technologies imposées

 

Mais, comme on le verra dans le dernier chapitre intitulé «Thérapies et prophylaxies», ce philosophe et théologien ne préconise pas le rejet des nouvelles technologies, mais plutôt leur utilisation raisonnée et limitée.

 

Ce qu’il dénonce notamment, c’est le matraquage publicitaire de groupes puissants économiquement qui poussent à la consommation effrénée de nouveaux appareils rapidement rendus obsolètes, en présentant les ‘malheureux’ qui en sont dépourvus comme des infirmes numériques handicapés dans toute leur vie sociale, économique, amoureuse, amicale...

 

Les Etats sont pour lui les deuxièmes sources de ‘numérisation’ de la société , car ils rendent les nouveaux médias «indispensables pour certaines opérations administratives», en introduisent «l’usage dans les pratiques scolaires dès le plus jeune âge», et «considèrent comme un devoir moral de réduire la ‘‘fracture numérique’’(…), c’est-à-dire la division et l’inégalité supposée entre deux catégories de citoyens : celle, considérée comme supérieure qui a accès aux médias et celle considérée comme inférieure qui n’y a pas accès».(p.13)

 

Modification de la vie humaine

 

Pour Jean-Claude Larchet, «Aucune autre technique n’a engagé notre activité journalière sur d’aussi longues durées, n’a autant sollicité notre attention et notre intervention de manière aussi constante, n’a autant transformé nos conditions et notre mode de travail, n’a autant envahi notre vie privée, familiale et personnelle, n’a autant pénétré à l’intérieur de notre vie psychique» (p.7).

 

Il cite Nicolas Carr, pour qui «le Net pourrait bien être la technologie la plus puissante modifiant l’esprit qui soit jamais parvenue à être utilisée partout. A tout le moins, c’est la plus puissante qui soit apparue depuis le livre» (p.31).

 

Il fait en outre remarquer que «l’impact des médias ne se limite pas à la vie psychique ou intellectuelle des individus, mais affecte les modes de vie et de pensée de la société tout entière».

 

Formules de politesse

 

A plusieurs reprises dans son ouvrage, notamment dans le chapitre consacré à «La destruction des relations interpersonnelles», Jean-Claude Larchet revient sur l’appauvrissement des relations humaines que représente selon lui la suppression des formules de politesse dans les courriers électroniques (emails ou courriels) et les SMS par rapport aux lettres traditionnelles.

 

Si l’on peut être d’accord avec lui sur le regrettable caractère quasiment comminatoire de certains messages textuels électroniques, comme ceux que des chefs hiérarchiques débordés se permettent d’envoyer à leurs subordonnés pour des tâches qui leur paraissent urgentes, on se réjouit au contraire de la limitation généralisée des formules de politesse à leur plus simple expression standardisée.

 

En effet, toutes les nuances et les subtilités dans le choix des formules de politesse épistolaires faisaient souvent hésiter et perdre beaucoup de temps lors de l’envoi d’une missive importante, par peur de commettre un impair. Les contacts écrits moins formels et plus directs, les relations moins imprégnées de subtilités de castes revalorisent à notre avis la transmission d’information par les personnes qui agissent, au détriment des courtisans parasitaires.

 

Hésychia

 

Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction, l’auteur du livre présenté dans cet article est également un théologien de la religion orthodoxe, le christianisme oriental. En cette qualité, il présente l’intéressante notion d’hésychia : il s’agit d’un «mode de vie qui implique solitude, silence extérieur et calme intérieur», trois éléments indispensables à la vie spirituelle et à la prière. C’est aussi «un état de stabilité intérieure qui est à la fois un prérequis de la prière et un effet de celle-ci».

 

Pour lui, les nouveaux médias sont des destructeurs de l’hésychia, à cause de leurs «sollicitations permanentes» «qui se manifestent par des signaux visuels ou sonores divers» «et l’habitude qu’ont la plupart des hommes connectés d’y répondre immédiatement» (pp.263-264).

 

Pour Jean-Claude Larchet, «leur utilisation résulte souvent d’une inquiétude qu’ils accroissent en retour, ou d’une insatisfaction que leur utilisateur cherche à combler dans une quête incessante de nouveauté. Ils entraînent toutes les facultés de l’âme dans un flux constant, rapide, désordonné et décousu ».

 

Pathologies psychiques

 

Le chapitre XI de l’ouvrage, intitulé «Pathologies psychiques» (pp.185-211), récapitule la pensée de l’auteur sur le sujet qui donne son titre à l’ouvrage. En voici les éléments principaux.

 

Pour lui, l’usage actuel des nouveaux médias relève pour une part de la psychopathologie, soit névrotique, «obsessions, angoisse, comportements compulsifs, problèmes relationnels… », soit psychotique, «vie dans un monde virtuel parallèle au monde réel, (…), autisme…» (p.185)

 

A l’appui de cette thèse, il mentionne en premier «l’usage obsessionnel et compulsif (c’est-à-dire à la fois fréquent, répété, impulsif et irrépressible) de certains médias, en particulier le smartphone et l’ordinateur (…)».

 

En deuxième position, il place «l’hyperconnectivité», «le fait d’être connecté en permanence à un ou plusieurs médias de manière à pouvoir être en contact», qui a «comme fonction essentielle de conjurer l’angoisse liée à la solitude (le sentiment d’être isolé)» (p.186).

 

Troisièmement, il estime que pour certains adolescents le portable a pris la place du ‘doudou’, lorsqu’ils «le gardent la nuit auprès d’eux», le tiennent près de leur corps «pour le sentir vibrer», et le consultent dès qu’ils ont un moment, même «clandestinement pendant les cours» (p.187).

 

Quatrièmement, les nouveaux médias font vivre selon lui leurs utilisateurs dans un monde virtuel et déforment leur vision du monde.

 

Cinquièmement, ils survalorisent la représentation sociale et «l’image de soi» par rapport à «la réalité de soi» (p.192).

 

Sixièmement, ils donnent trop de place aux relations dans la conscience que la personne a de sa propre identité et sont «dans une certaine mesure dangereux pour la personnalité, qui à force d’être avec autrui n’a plus la possibilité d’être avec elle-même» (p.195).

 

Septièmement, il incrimine «les effets nocifs de la transparence» et de «l’exposition de soi» qui sont «encouragées par les médias – en particulier la télévision – dont elles augmentent l’audience grâce à un public à la fois voyeur et envieux de tenir la place de ceux à qui l’exposition impudique de leur vie privée (…) assure un succès sans qu’il soit besoin de qualités, de mérites ou d’efforts particuliers» (p.196).

 

Huitièmement, il regrette «l’appauvrissement de la vie intérieure» de l’homo connecticus, «devenu incapable d’assumer les temps morts, les temps de silence et d’inactivité (…) pour se consacrer à la réflexion et à la prière» (p.197).

 

Neuvièmement, il mentionne que, pour certains analystes, «les nouveaux médias ont augmenté les émotions chez leurs utilisateurs, mais en revanche diminué l’affection, en particulier leur capacité d’empathie et de compassion» (p.199). Les médias «servant à la communication engendrent, par leur caractère abstrait, ou par la moindre présence et la moindre réalité des communicants (réduits à leur image, à leur voix ou à leur écrit), une forte déperdition affective au sein des relations» (p.200).

 

Dixièmement, on l’a vu, les nouveaux médias, forment «un terrain propice au narcissisme» (p. 202).

 

Onzièmement, «hyperfatigue, burn-out et dépression» sont favorisées par l’«hypercommunication», l’«hypersollicitation» et l’«hyperactivité» (p.204).

 

Douzièmement, il rappelle les phénomènes d’addiction que les nouveaux médias peuvent engendrer.

 

En conclusion de ce chapitre consacré aux pathologies psychiques liées à l’utilisation des nouveaux médias, il estime que l’espace de liberté («communiquer immédiatement et en permanence avec le monde entier», qui semble «abolir» les limites de l’espace et du temps) prétendument offert par ceux-ci n’est qu’illusoire, car leur effet réel est «de restreindre la liberté des personnes à divers niveaux : politique (par la surveillance et la propagande qu’ils permettent) économique et professionnel (par la surveillance et l’exploitation des travailleurs qu’ils favorisent) social (par l’abolition de la frontière entre vie publique et vie privée qu’ils réalisent)» (p.210).

 

Conclusion

 

Le dernier livre de Jean-Claude Larchet invite salutairement à la réflexion sur le bon usage des nouvelles technologies, et à la critique des excès qu’elles permettent ou provoquent. Il va à contre-courant du discours dominant selon lequel leur apport serait nécessairement positif pour les êtres humains et leurs sociétés.

 

 

 

 

 

Catherine Van Nypelseer

     
 

Biblio, sources...

(1) "Malades des nouveaux médias"

Par Jean-Claude Larchet

Les éditions du Cerf

Publié en novembre 2016

323p; 24 €

 

 
     

     
 
Société

Dressage scolaire
Couleurs de voiture
CHEVEUX BLANCS?
2e GUERRE MONDIALE :la peur des survivants
IL EST MIDI À 14 HEURES!
L'INTELLIGENCE DES EXPERIMENTATEURS
BINÔME HUMAIN-ANIMAL L’animal mon ami asbl
Au Diable, les smartphones ?
Le Philosophe, berger de la démocratie
« Êtes-vous pollués par l’extrême droite ? » analyse d’une manipulation idéologique
La politique des bidules en Région bruxelloise et l’absence de vision des politiques
LA MOBILITÉ à BRUXELLES
90 millions d’Américains sont pauvres
LES PÈRES ÉLIMINÉS
Notre alimentation industrielle
Nutrition, prix bas et maladies de civilisation
Circulation
Disparitions
DICTATUREDU DROIT … de nouvelles formes d’oppression?
Les Bons Comptes de Noël
Billet F’Humeur
FRANCE NOIRE
NOS AMIS LES ANIMAUX
Drogues: au-delà de la prévention, la réduction des risques
Sociologie du suicide
Citrouilles
Elitisme
Droit et avocats
Ixelles, place Flagey
LA RESPONSABILITE MEDICALE
COHABITERONS NOUS LEGALEMENT?
ASBL ET SOCIETES VONT-ELLES S'AMENDER?
THE RON HUBBARD COMPANY
EDITO
L'ESTOMPEMENT DE L'ETAT DE DROIT
VEUILLEZ CACHER CE CORPS QUE JE NE SAURAIS VOIR
Skwatalamoutou
SQUATT STORY
Brèves
L'INCINERATION, UN CONCEPT DEPASSE?
Sans jardin fixe, Dormir dehors
Touche pas à mon zinc
Otes toi de mon pavé
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact