WINSTON CHURCHILL

Banc Public n° 79 , Avril 1999 , Catherine VAN NYPELSEER



Nous ne pensons pas avoir appris grand'chose jusqu’ici aux personnes qui tentent de continuer à faire fonctionner leur cerveau dans le milieu universitaire.

Sont-ils au courant de la dernière grossièreté en vogue dans les milieux de la psychiatrie “laïque”, qui consiste à traiter le grand homme d’Etat anglais Winston Churchill (promu docteur honoris causa de l’ULB en 1945) de “psychotique” maniaco-dépressif ?

C’est à l’occasion de l’obtention du "prestigeux prix international Interbrew - Baillet Latour de la santé", par un Monsieur dont la photo en couleurs se trouve en couverture du magazine TELEX de l’Université Libre de Bruxelles "&" de l’Union des Anciens Etudiants d’avril 99, et qui “dirige, à Erasme, le Département de psychiatrie” selon cette source autorisée (pp. 4 et 5), que l’on peut lire cette affirmation grotesque - le terme “psychotique” se traduisant simplement en langage courant par... fou, tout simplement.
On notera toutefois, par honnêteté intellectuelle si chère à Jacques Cox, que Julien Mendlewicz, l’heureux lauréat, n’affirme pas dans le texte que Churchill était psychotique, au contraire du titre de l’interview: “Psychose maniaco-dépressive : Churchill et les autres”.

Un brillant résultat sans doute de l’éviction des psychanalystes de l’ULB par les “rationalistes”, qui ont imposé aux Facultés de Psychologie et de Médecine de ne s’intéresser qu’aux théories pouvant donner lieu à des expériences chiffrées, statistiquement reproductibles. Les malheureux pionniers de la psychanalyse bruxelloise auraient dû trouver des expériences portant sur des populations (humaines) statistiquement identiques, l’une subissant un traitement, l’autre recevant un “placebo”, pour prouver la validité de cette science. Quand on sait que la cure psychanalytique implique une relation essentielle entre le psychanalyste et son client, et qu’elle dure souvent des années, on imagine leur désarroi et leur exaspération.

Le plus cocasse est de s’apercevoir que l’on parle quand même de psychanalyse à l’ULB aujourd’hui, mais... en faculté de Philosophie et lettres. Paradoxe suprême, qui réjouira ( jaune) les initiés, l’auteur dont se sert le professeur Guy Haarscher par exemple pour enseigner, notamment en faculté de Droit, la “psychanalyse” est l’un des nombreux ennemis puissants de cette science humaine, le philosophe français Jean-Paul Sartre.

Pendant ce temps-là, le ministre de la Justice vient encore de se laisser berner par un vrai psychotique, soupçonné d’être l’assassin récidiviste et gratuit d’un jeune homme de 21 ans, qui venait d'obtenir sa libération conditionnelle en parvenant à faire croire, avec la complicité de sa compagne et ex-avocate, qu’il venait d’avoir un bébé, une manipulation simple et efficace, accessible à ceux qui fréquentent les milieux judiciaires et pénitentiaires et connaissent leurs modes de “raisonnement” mécaniques.

Après les affaires Dutroux, à la libération duquel s’était pourtant opposé avec bon sens l’ancien procureur général de Mons - qui n’avait sans doute pas appris la psychologie à l’Université, mais plutôt au cours d’une longue expérience judiciaire - ou Nestor Pirotte, qui fit mourir de chagrin le vieux Darmstaedter en assassinant un de ses fils - un antiquaire - ou encore Derochette (réinterné jusqu’il soit également considéré à nouveau comme guéri pas les “experts”, après cinq électrochocs, trois mois de Valium ou pire, et deux ou trois séances de dialogue avec des “spécialistes”, bref, par le Saint Esprit?), il faudra encore se battre contre beaucoup d’imbéciles, qui, comme chacun sait, aiment à s’entourer de congénères, et jouissent d'occuper des postes de pouvoir pour détenir la position sociale (et le salaire) qu’ils ne pourraient avoir autrement -pendant que les autres travaillent -, sans avoir la compétence et donc la capacité d'appréciation nécessaire, et ainsi à les vider petit à petit de tout contenu réel et de toute responsabilité.

Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

Untitled document

 
     

     
   
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact