Pendant ce temps, en Chine

Banc Public n° 191 , Juin 2010 , Frank FURET



Le géant taïwanais Foxconn, au c½ur de la tourmente avec la vague de suicides qui a eu lieu dans ses usines chinoises, vient d'annoncer une augmentation de 70% du salaire de ses employés. Les salaires mensuels des ouvriers travaillant à Shenzhen vont ainsi passer à compter du 1er octobre de 1.200 yuans à 2.000 yuans (243 euros). Le président et fondateur du groupe, Terry Gou, avait déjà consenti une première augmentation des salaires de certains de ses ouvriers à hauteur de 20%. Et Pékin lui avait emboité le pas en annonçant une hausse générale du salaire mensuel minimal de 20% également dans une trentaine de provinces et municipalités chinoises.

A Kunshan, près de Shangaï, lors la grève chez KOK, un fabricant taïwanais de valves et de joints, 2.000 ouvriers  ont débrayé pendant cinq jours et ont été accueillis par la police antiémeutes.

A l'usine Honda, la grève des salariés  leur a déjà permis d'obtenir une hausse de leur maigre salaire de 24%.  8.000 ouvriers chez Smartball, un fournisseur taiwanais d'Adidas se sont mis eux aussi en grève..
«Il suffit maintenant d'une étincelle et les nouvelles se propageront à travers toute la Chine, ce qui pourrait déclencher d'autres mouvements sociaux dans d'autres usines», estime Paul Tang, chef économiste à la Bank of East Asia à Hong Kong. «La majeure partie de ces conflits sociaux portent sur les salaires, la hausse du coût de la vie et la longueur des journées de travail. De leur côté, les patrons cherchent à maîtriser les coûts pour continuer à faire venir des investisseurs attirés par une main d'oeuvre bon marché.
La part des salaires dans la valeur ajoutée du pays, 36%, reste trop basse pour fonder son économie sur la consommation nationale. Une hausse des salaires et du niveau de vie de la majorité de la population chinoise permettrait de remédier à ce déséquilibre. Derrière les suicidés de Foxconn ou la grève chez Honda, c'est peut-être aussi le rapport de force entre donneurs d'ordre occidentaux et sous-traitants chinois qui est en passe de se rééquilibrer…»

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

«Chine: même avec +70% sur les salaires, les marges restent juteuses», Marianne, juin 2010

 

«Tensions sociales en Chine: les grèves se multiplient», La Tribune.fr, 10 juin 2010

 
     

     
 
Monde du travail

Génie du management
DES FIRMES & DU TRAVAIL (OU PAS?)
Curieux emplois
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (3): Scénarios et solutions
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (2):Des experts divisés
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (1) Etat des lieux
Une société de «jobs à la con» ?
Coût du capital / coût du travail
LE TRAVAIL : Donnée économique ou réalisation humaine ?
Inde : un patron mal aimé...
Eurovegas: la compétitivité du futur...
Le 1er mai est-il libéral ou socialiste?
Une nouvelle classe sociale ?
Quand les Chinois se réveillent…
Le travail c'est la santé
Bolivie: la retraite à 58 ans
Pendant ce temps, en Chine
Saison des prix
France-Telecom, suite...
LA GESTION DU CHÔMAGE (3ème partie)
Fabrique de femmes
Capitalisme, précariat, État et individus
CHASSE AUX CHOMEURS : Les chômeurs doivent-ils chercher du travail?
La mutation du corps social
Moi je commande, toi tu bosses...
Santé des travailleurs
Travailleurs de la santé
Décroissance et détravail
Travailleurs franchisés
Volutes
L’ouvrier devant sa vieille machine
MOBBYING A L'ONEM
BREVES RENCONTRES
REFLEXIONS SUR LE DROIT DE S'EXPLOITER SOI-MÊME POUR LE COMPTE D'UN TIERS
BREVES: L’Office de l’Emploi is watching you
SANS EMPLOI
DU TRAVAIL POUR TOUS (Qui ne travaille pas ne mange pas)
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact