A propos de la forêt derrière l'arbre...

Banc Public n° 154 , Novembre 2006 , Frank FURET



Bien que très médiatisée, l'affaire Anselme-Sotegec , sans préjuger du fond, pose, à une échelle plus large, la question des rapports entretenus entre pouvoirs publics et intérêts privés. La séparation des pouvoirs  est un des principes de base de la démocratie. Elle consiste en la séparation des trois pouvoirs qui constituent l'État: le pouvoir législa­tif, le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire. Les initiateurs de l’idée, à savoir  John Locke, à la fin du XVIIe siècle, et Montesquieu, au XVIIIe siècle partaient d'un idéal où ces trois pouvoirs seraient distincts et seraient en mesure de se limiter les uns les autres, parlaient alors  de «distinc­tion» (ou encore de «collaboration ») des pouvoirs qui en permettrait l'équilibre: «le pouvoir arrête le pouvoir». Ce principe, qui reste offi­ciellement de mise dans l’organisation de nos sociétés, fait l’impasse sur la question des rapports entretenus par les pouvoirs publics, le pouvoir économique et le pouvoir médiatique.

L'étroite relation entre le pouvoir politique et d'énormes intérêts commer­ciaux privés interroge quant à la légitimité de tout gouvernement. Aux USA,  les liens unissant l'administration républicaine aux intérêts d'Halliburton, de l'industrie des technologies militaires et des compagnies pétrolières, et les intérêts  directement impliqués dans les politiques sont flagrants. Dans le cas de l'Italie, l'ex-premier ministre et leader de la majorité est l'un des hommes les plus riches du monde. A sa grande capacité financière et à sa puissance médiatique, piliers de son empire, il a ajouté le contrôle de l'appareil d'État: l'enchevêtrement des pouvoirs et des intérêts publics et privés s'alimentaient mutuellement, et Silvio Berlusconi,  dans les dernières années au gouverne­ment, a triplé son patrimoine. Cette concentration du pouvoir a provoqué  un conflit continu entre les intérêts privés et publics. Comment ne pas comprendre que le citoyen ne se sente plus représenté par les institutions parce qu'elles ne sont pas au-dessus des parties, mais une partie intéressée?


Discrétion au plat pays

En Belgique, remarque Geoffroy Geuens (1), ces liaisons se tissent encore largement  à l’insu du grand public. Les responsables politiques entretiennent des relations pour le moins suivies avec les plus importantes sociétés du secteur privé. Certains anciens chefs de cabinet,  sont aujour­d'hui à la tête de quelques-unes des plus puissantes compagnies belges. La presse signale bien un  cas ou l’autre à l’occasion, mais n’insiste pas trop, c’est le moins qu’on puisse dire, concernant le côté structurel voire organique de  l’imbrication d’intérêts entre classe politique et pouvoir économique.

Un peu d’histoire

Le 21 novembre 1934, le quotidien socialiste Le Peuple annonçait la formation d'un nouveau gouvernement associant catholiques et libéraux au pouvoir. en titrant: «La Société Générale ouvre une nouvelle filiale». Le Premier Ministre, George Theunis, avait été administrateur délégué des ACEC  (Groupe Empain) et directeur, en l'occurrence, de la Société Générale de Belgique; son Ministre des Finances, Camille Gutt, était un ancien associé-gérant de la Banque Lambert, et avait été président de Ford Belgium. Quant au Ministre «sans portefeuille» Emile Francqui, il avait été gouverneur de la Société Générale de Belgique. Ce gou­vernement resta célèbre dans l'histoire contemporaine de la Belgique sous le nom de  «gouvernement des banquiers». En 1960, Pierre Joye (2)  déclarait déjà  «si elle n’est pas aussi flagrante qu’en Amérique,  l’emprise des monopoles sur les pouvoirs publics  est également considérable en Belgique».

Il y a bien un puissant travail de lobbying du monde des affaires envers le monde politique mais aussi l’engage­ment d’hommes politiques, et non des moindres, et pas seulement des libéraux, dans le milieu économique. D’ailleurs la distinction traditionnelle gau­che-droite, tout particulièrement sur les questions socio-économiques, ne semble plus être de mise. Au-delà des luttes «politicien­nes», symboliques et rhétori­ques, la social­-démocratie, en Belgique, comme en France, en Allemagne ou encore en Grande-­Bretagne, a avalisé les principes de l'économie de marché. Les dirigeants socialistes au gouvernement ont notam­ment privatisé la CGER, Belgacom, la Société Nationale d'Investissement, la Société Nationale du Crédit à l'Industrie, le Crédit Agricole ou encore la Régie des Voies Maritimes.

Quelques exemples

La liste des ministres, secrétaires d’état, sénateurs, parlementaires et autres attachés de cabinet passés par  la haute finance et l’industrie belge est longue: Gaston Eyskens fut président de la Kredietbank et réviseur de la Banque diamantaire anversoise, Jean-Pierre Du­vieusart avocat conseil de la banque de Bruxelles, Théo Lefèvre administra­teur  de la compagnie Bruxelles-Lambert, Paul Vanden Boeynants administrateur  de Philips Belgique, Wilfried Martens,  actuel administrateur de Begemann, fut membre du conseil de surveillance de Philips, Frans Grootjans administrateur  de la Générale de banque et de la Société Générale de Belgique, Jean-Luc Dehaene  président du conseil d’admi­nis­tration  de Lernout & Hauspie, et actuellement administra­teur  de Corona-Lotus (biscuits¼), de Domo, Umicore, Telindus, Seghers Better Technology Group et Interbrew. Elio Dio Rupo est administrateur de Dexia. Frank Swaelen était administra­teur de Real Software, son frère Erik Swaelen était secrétaire  du comité directeur  de Paribas.

Didier Reynders a été président  de la SEFB Bank,  administrateur  de Carmeuse coordination center, de la CIWLT-compagnie internationale des wagons-lits, d’Uhoda International et d’Invest Services. Sénateur honoraire, représentant personnel du Ministre Didier Reynders et négociateur belge pour les questions fiscales européennes, l'ancien Ministre libéral des Finances Paul Hatry est président honoraire de la Société Pétrolière Belge, président d'Alpha Global Securities, de la SEFB Record Bank et administrateur de l'Union des Entreprises de Bruxelles. Membre d'un groupe de travail mis sur pied par l'UNICE, Paul Hatry a égale­ment été administrateur d'Electrabel et de Philips Belgique.
Ministre adjointe au Ministère des Affaires Etrangères du gouvernement fédéral (chargée de l'agriculture),
Anne­mie Neyts (VLD) a été administratrice de Tessenderlo Chemie, Lorsqu'elle est entrée au gouvernement «arc-en-ciel», l'ancien Ministre de l'Agriculture, Karel Pinxten (CVP), alla prendre sa place au conseil d'adminis­tration de Tessenderlo. Antoine Duquesne (MR), ancien administrateur et membre du comité de direction de la Sabena, a été administrateur d'Aviafin et président du conseil d'administration des éditions  « La Dernière Heure »

Au niveau régional, l’ex vice-pré­sident et ministre de l'Economie, des PME, de la Recherche et des Technologies du gouver­nement wallon, le libéral Serge Kubla (MR), avait pour chef de cabinet Bernard Marchand,  vice-président de la SRIW (Société Régionale d'Investis­sements de Wallonie), précédemment vice-président de la Compagnie Nouvel­le de Communications (La Dernière HeurelLes Sports), administrateur de Materne-Confilux, Decotrempe (indus­trie du verre) et de la Société Chimique Prayon-Rupel et ayant également occupé, il y a quelques temps de cela, un poste d'administrateur chez Glaverbel.

Côté Flamand, le chef de cabinet de Jaak Gabriels (VLD), Martin Hinoul, était administrateur de Trust Capital Partners, une société de services financiers.
Côté socialiste, Paul-Henri Spaak: ancien Secrétaire Général de l'OTAN (de 1947 à 1949) fut adminis­trateur de la multinationale américaine ITT, Patrick Janssen, président du SP, bourg­mestre d’Anvers, est l’ancien président de la multinationale de publicité VVL. Herman Verwilst, ancien chef de cabinet du ministre des Affaires économiques Willy Claes (SP) est vice-président du comité exécutif de Fortis et bras droit de Maurice Lippens.
Gerard Van Acker: ancien chef de cabinet du Ministre des Affaires Econo­miques Willy Claes (SP), est un ancien président de GIMV, Kamofin et Telenet Operaties. Il est administra­teur de Barco et président de la Société Belge des Bétons (SBB). Il a démis­sionné de la prési­dence de CAMV suite à sa condamnation dans le cadre du dossier relatif aux charbonnages campinois et à la société Super Club. Guy Peeters, président de la VRT, secrétaire général des Mutualités socialistes flamandes, a été président des Assurances P&V et est administra­teur délégué de la société de transports Genkpark.
Impossible, évidemment, d’être exhaus­tif dans cet article; nous  renvoyons le lecteur à la liste impressionnante de connexions évoquée dans la thèse universitaire  de Geoffroy Geuens (1).

Parachutes dorés¼

Pour Geuens, la question qui se pose concernant cette proximité entre milieux d’affaires et classe politique, c’est qu’elle risque de mettre  en danger  l’indépendan­ce de ces hauts fonction­naires. Comment ne pas se dire, en effet, qu’un certain nombre d’entre eux ne va pas chercher à s’assurer la bienveillance des compagnies privées qui sont à même de leur garantir une seconde carrière  intéressante dans le monde de l’industrie ou de la finance?  
La plus-value pour le capital national de telles «entrées» dans l'appareil politique est évi­dente, continue Geoffroy Geuens: la Belgique venait-elle officiellement de naître que déjà l'on «soutenait  que très souvent les initiateurs de sociétés faisaient entrer des hommes politiques dans les conseils d'administration exclusivement pour se ménager des appuis auprès du Ministère».
Indépendamment de ces intérêts particuliers, c’est aussi toute la philosophie et la vision socio-économique du secteur privé qui est relayée par la classe politique. Nous y reviendrons ultérieurement.

L’affaire Sabena

Pour Geuens, le capital exerce également son emprise sur le pouvoir d'Etat par la participation de managers venus du privé dans les services publics et son corollaire, l'intrusion de la logique dominante de libéralisation-privatisation. En témoigne, selon lui, la débâcle de  la Sabena et le rachat des «meilleurs morceaux» par le secteur privé belge, la haute finance et l’indus­trie en tête. Certaines des entrepri­ses aujourd'hui deve­nues actionnaires de la nouvelle compagnie aérienne étaient, en effet, il y très peu de temps encore, représentées au conseil d'administration de la défunte Sabena. Geuens  estime que des «erreurs de gestion» ont été commises par les administrateurs-repré­sentants de l'Etat, et que le moins que l'on puisse dire est que ces derniers en ont largement fait profiter, par la suite, les  compagnies privées dans les­quelles ils possédaient divers mandats. Le Vicomte Davignon et Maurice Lippens, à l'origine du montage financier de la nouvelle compagnie,  présentés alors par la presse comme des «investisseurs patriotes», et parfaite­ment étrangers à la débâcle de la société aérienne, avaient d’ailleurs déclaré, quelques années auparavant, qu'ils ne croyaient plus à l'«ancrage belge». Ce qui amène Geuens à douter du  caractère «accidentel» de la faillite, qui était, selon lui, programmée de longue date¼ Comme  les banques suisses avaient également préparé de longue date la faillite de la Swissair à leur seul profit: les compagnies financières privées suisses étaient particulière­ment bien représentées dans les instances dirigeantes de Swissair.

Ce qui s’est passé avec la Sabena  questionne évidemment quant aux raisons objectives de la nomination de grands patrons venus du privé à la tête des dernières sociétés publiques en Belgique. La compétence supposée de ces managers ne masque-t-elle pas, en réalité, la connivence réelle de l'Etat et du capital et, en particulier, sa volonté de distribuer généreuse­ment à la haute finance et à l'industrie nationale les «meilleurs morceaux» des services publics ? se demande Geoffroy Geuens¼ Et de s’inquiéter du sort des grandes entreprises publiques «autono­mes» belges. Que ce soit à la Poste à la SNCB, à BIAC,  au port d’Anvers ou à  la SRIW, on retrouve à la présidence et dans les conseils d’administration nombres de personnes issues du privé.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Tous pouvoirs confondus (état, capital et médias à l'heure de la mondialisation), Geoffrey Geuens, Ed. EPO, 2003

 
     

     
 
Médias

Liberté de la presse
La post-vérité est-elle en marche ? (13) Expansion et impostures de la vision économique
BONS BAISERS DE FRANCE
La post-vérité est-elle en marche ? (12) L’industrie pharmaceutique nous veut du bien
Un brin de 68
La post-vérité est-elle en marche ? (11) Impostures scientifiques
La post-vérité est-elle en marche ? (10) Quelques impostures intellectuelles
La post-vérité est-elle en marche ? (9) Idéologie, sciences sociales et débats
La post-vérité est-elle en marche ? (8) Théâtre intellectuel
La post-vérité est-elle en marche? (7) Politiquement correct
La post-vérité est-elle en marche? (6) Novlangue
La post-vérité est-elle en marche? (5) Populisme, populace, etc
La post-vérité est-elle en marche? (4) Les éditocrates
La post-vérité est-elle en marche? (3) Médias-citoyens: une confiance écornée?
La post-vérité est-elle en marche? (2) Information et/ou communication?
La post-vérité est-elle en marche?
Renards à la garde du poulailler, suite….
Télévision et cerveau
L'indépendance floue de Reporters Sans Frontières
Les réseaux de l’information en Belgique
Au commandes de la presse...
A propos de la forêt derrière l'arbre...
La guerre des ondes
CA PRESSE?
L'ACTUALITE DU MOIS
REVEIL BRUTAL
Brèves
Presse, levez-vous , droit de réponse à l'émission "au nom de la loi",
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact