JOURNEE SANS ACHATS

Banc Public n° 75 , Décembre 1998 , Frank FURET



Tout le discours sur les besoins repose sur une anthropologie naïve: celle du bonheur. Mais quel est ce bonheur qui hante la civilisation moderne? Ne s’agit-il pas plutôt d’images du bonheur? Notre époque préfère l’image à la chose, la copie à l’original (1); la vie des sociétés où règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une accumulation de spectacles (principalement publicitaires) masquant souvent une réalité nettement moins rutilante que Raoul Vaneigem (2) résume laconiquement en ces termes: “Produire de l’inutile, consommer de la merde”.

Spectacle consumériste

Pour Debord, l’aliénation du spectateur au profit de l’objet contemplé s’exprime ainsi: plus il contemple, moins il vit, plus il accepte de se reconnaître dans les images fabriquées de la marchandise, moins il comprend sa propre existence et son propre désir. Le monde que le spectacle fait voir est le monde de la marchandise qui domine tout ce qui est vécu: le monde sensible se trouve remplacé par une sélection d’images qui existe au-dessus de lui. L’économie transforme le monde mais le transforme seulement en monde de l’économie. Le consommateur réel devient un consommateur d’illusions et la marchandise est cette illusion effectivement réelle. Dégradation du cadre collectif par les activités économiques (bruit, pollution de l’air et de l’eau, destruction de sites, perturbation de zones résidentielles, encombrements automobiles, problèmes de déchets, problèmes psychologiques et humains, aliénation, abrutissement, exploitation etc.) c’est sur tout cela que s’érige l’augmentation sacrée du PNB.

L’obsolescence programmée et accélérée des produits et des machines, la multiplication des fausses innovations sans bénéfice réel pour la vie, la pression psychologique et sociale de la mobilité, du statut, de la concurrence à tous les niveaux (revenu, prestige culture etc.), tout cela nous use nerveusement et psychologiquement. En définitive le coût de la société de consommation est le sentiment d’insécurité généralisée qu’elle engendre. Et la publicité a beau essayer de nous rassurer, l’acte d’achat a beau calmer pour un instant notre anxiété, la hantise de l’insécurité demeure: stress, anxiété, abrutissement, aliénation sont les coûts majeurs de la société de consommation (3).

Mystique du produit national brut

La comptabilisation de la croissance (la mystique du PNB) est le plus extraordinaire bluff collectif des sociétés modernes, une opération de magie blanche sur les chiffres qui cache en réalité une magie d’envoutement collectif (4): la gymnastique absurde des illusions comptables et des comptabilités nationales ignore absolument les nuisances, les aspects déficitaires, la dégradation, l’obsolescence: toute chose produite est sacralisée par le fait même de l’être. De plus, les nuisances compensées, les couts internes de fonctionnement, les frais sociaux d’autorégulation dysfonctionelle (ex: le commerce des antidépresseurs, des calmants, des emplâtres sur les jambes de bois en général), toutes ces tares, ces nuisances, ces vices cachés font aussi prospérer le système en étant astucieusement additionnés dans le calcul du PNB.

Illusions spectaculaires

Le dressage social à la consommation systématique et organisée essaie de faire passer ses impératifs dans les mentalités par le discours (publicitaire) de l’épanouissement de l’individu, la jouissance, l’abondance. Or, les besoins et les satisfactions des individus sont, comme le travail, des forces productives rationalisées et contraintes. Abondance et consommation ne garantissent pas le bien être généralisé. L’individu sert le système industriel en consommant ses produits: aucune autre activité religieuse, politique ou morale ne le prépare de manière aussi complète, aussi savante et aussi coûteuse. La consommation est un puissant élément de contrôle social. (5)

Avoir de la personnalité s’achète: savoir s’affirmer, découvrir le plaisir d’être vraiment soi-même, tout cela dépend de vraiment peu de choses: de la Mercedes (ou la BMW) à une petite note claire du shampoing Trucmuche dans les cheveux, en passant par le rouge à lèvres Machin, nous tentons de nous frayer une voie dans la jungle personnalisée de la marchandise. La production moderne n’est pas que production de biens, elle est toujours aussi production de relations et de différences; mais ce n’est pas en noyant les individus sous le confort et le standing que la consommation désamorce la virulence sociale, c’est au contraire en les dressant à la discipline inconsciente d’un code hiérarchisé et d’une coopération compétitive au niveau de ce code, en les faisant entrer dans les règles du jeu. La consommation, en distribuant des colifichets-signes d’identification et/ou de distinction sociale, s’est substituée ainsi à toutes les idéologies et a assumé à elle seule l’intégration de toute une société, comme le faisaient les rituels hiérarchiques ou religieux des sociétés dites primitives.

Spectacle anti-consumériste:
le “Buy Nothing Day” (6)

Le samedi 28 novembre, de nombreux pays Européens (France, Allemagne, Grande Bretagne, Pays-Bas, Irlande du Nord, Norvège, Pologne et Belgique) ont fait l’expérience du Buy Nothing Day. En Australie, au Canada, en Nouvelle Zélande et aux USA, le Buy Nothing Day se déroulait le vendredi 27 novembre 1998. Cette journée se veut une critique de la surconsommation de la société occidentale, de la répartition inégale du bien-être et de la santé et de l’influence de la publicité dans notre vie quotidienne. La journée sans achats se célèbre cette année pour la 7ème fois. Elle est également destinée à nous faire réfléchir aux problèmes de surconsommation et de gaspillage face à l’immense problème de l’insécurité alimentaire qui règne dans nombre de régions du monde. Notre culture est gourmande: 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources mondiales.
L’initiative du BND est née en 1992 au Canada; Ted Dave, qui avait longtemps travaillé dans la publicité, a tourné casaque et a posé un acte contre la pression constante à la surconsommation: “assez c’est assez”. Le moyen le plus simple d’être concerné par le BND est de rester chez soi et de ne pas faire de shopping ce jour là; mais des actions de sensibilisation sont réalisées dans les rues commerçantes pour inviter le bon peuple à réfléchir à son comportement de consommateur. Les formes d’actions sont diverses: création de zones sans shopping, installation de chaises longues dans les rues commerçantes pour que les consommateurs puissent se reposer de leur frénésie consumériste, distribution de tracts informatifs et corrosifs concernant le génie consumériste, défilé de moutons et de marionnettes, distribution de boîtes gratuites de bonheur et de bons d’exemption d’achats, etc. Le discours BND est aussi relayé par les télévisions de 15 pays, des émissions radio, des débats dans les quotidiens etc. Cette année, les “aadbusters” (nom que se donnent les boycotteurs) ont même réussi à se payer des spots de 30 secondes sur CNN. Pour ses promoteurs, le “buy nothing day” est une idée simple qui pourrait avoir des répercussions profondes et à long terme: c’est la seule campagne environnementale dans le monde qui confronte le citoyen moyen à l’idée qu’une consommation soutenable et responsable est un choix politique et idéologique, et au fait que la mesure du bien-être et du progrès ne se mesure pas qu’en quantité de marchandises achetées. En 1997, on estime que 1 million de personnes de par le monde ont fait un pacte avec elles mêmes et ont boycotté pour un jour les structures de consommation.

En Belgique, le Netwerk Vlaanderen (qui a intitulé cette journée “Niet-Winkeldag”(7)) veut sensibiliser le public à la différence entre faire ses achats et faire du shopping; dans le nord du pays, l’action est lancée depuis quelques années; dans le sud, elle a eu lieu pour la première fois cette année: à Bruxelles, à l’initiative du collectif anti-Mac Donald, du groupe Ecolo Ulb, de quelques atomes indépendants et de représentants d’Agalev VUB réunis pour l’occasion, on a pu apercevoir pour la première fois cette année des petits groupes faire du théâtre action et distribuer des tracts vilipendant la consommation imbécile, invitant à boycotter les rayons non nécessaires à l’existence le 28 novembre et ce dans quelques temples de la consommation bruxelloise: rue Neuve, à City 2 (d’où ils se feront virer après 30 secondes par le service d’ordre), au Cora, et au GB d’Auderghem.

Plus concrètement: l’Eco-consommation


Boycotter la consommation pour un jour ne peut évidemment avoir qu’une portée symbolique; ce n’est pas tant le fait de ne plus consommer qui doit être visé que celui de consommer mieux.
La consommation doit encore augmenter sa dimension éthique et responsable: il ne s’agit plus de satisfaire rapidement ses besoins sans se poser de questions sur l’origine des produits convoités ni se soucier de ce qu’ils deviendront en tant que déchets. L’éco-consommation est un mode de consommation dans lequel les choix sont effectués en tenant compte de leurs impacts sur l’environnement et la santé. Tout acte individuel peut contribuer à la préservation et au développement d’un cadre de vie de qualité pour tous. Et d’une manière générale, le consommateur doit penser prévention plutôt que solution curative: en faisant des choix familiaux et ménagers plus respectueux de l’environnement, lors de l’achat de produits et de recours aux services, lors de l’utilisation de produits et de ressources, lors de l’élimination de produits usagers. Catherine Rousseau et Muriel Piazza , du réseau Eco-consommation en région Wallonne, donnent, sous forme de fiches, des conseils pratiques faciles à mettre en oeuvre; en voici quelques uns:
ENTRETIEN DU LINGE: opter pour un lave linge performant et économe en ressources, choisir une poudre compacte (pour réduire les déchets d’emballage, les quantités de substances polluantes rejetées dans les cours d’eau et la pollution due au transport), ne pas mettre plus de produit que ce qui est prescrit, trier le linge selon sa texture et sa couleur, éviter les détachants à base de solvant organique. Les tests prouvent que c’est aussi efficace que les lessives traditionnelles.
NETTOYAGE A LA MAISON: un nettoyage léger et régulier vaut mieux qu’un récurage de temps à autre: un produit détergent universel de composition écologique suffit; de plus certaines serpillières permettent d’économiser l’eau et détergent tout en fournissant un bon résultat. Rien ne sert de désinfecter (sauf si malade infectieux à la maison); dès lors autant renoncer aux produits javellisés qui contiennent du chlore qui, rejeté dans les eaux se combine avec des composés organiques pour donner des organo-chlorés dangereux qui s’accumulent dans les chaînes alimentaires.
VAISSELLE: Le mieux est de faire la vaisselle à la main avec un peu d’eau chaude et un nettoyant de composition écologique. les laves vaisselles performants n’entraînent pas une consommation d’eau et d’énergie beaucoup plus importante mais représentent plus d’impact au niveau de la fabrication et de l’élimination de la machine; les produits utilisés sont également plus agressifs.
MAUVAISES ODEURS: les déodorants cachent certes les mauvaises odeurs mais ajoutent à l’air des polluants supplémentaires qui peuvent provoquer des irritations respiratoires; de plus les aérosols ont des emballages difficiles à recycler. Mieux vaut aérer régulièrement la maison ou parfumer les pièces avec des fleurs séchées.
PESTICIDES: De sérieuses présomptions de maladies graves dues à des pesticides, à des insecticides ménagers existent; mieux vaut placer une moustiquaire autour du lit des enfants qu’un diffuseur à plaquettes.
CUISSON: Une casserole à pression permet d’économiser 40 à 70 % d’énergie.
EMBALLAGES: les emballages sont aussi des instruments de marketing; ils coûtent cher et nous les payons plusieurs fois: à la caisse du magasin, en tant que déchet et en participant au financement des collectes sélectives; dès lors mieux vaut préférer les produits non emballés, en vrac, éviter les emballages superflus et difficiles à recycler, choisir les bouteilles consignées, les systèmes de recharges, les emballages en matériaux recyclés ou recyclables...
PAPIER: le recyclage du papier permet d’économiser beaucoup d’eau et d’énergie; il faut privilégier les produits en papier recyclé (papier toilette, papier ménager, filtres à café, cahiers, papier dessin, enveloppes; refusez les toutes boîtes en apposant un autocollant sur votre boîte aux lettres et remettez les vieux papiers triés à la collecte sélective.
Acheter un produit plus respectueux de l’environnement c’est bien mais l’utiliser correctement et parcimonieusement, c’est mieux. Enfin signalons qu’il existe toute une série de produits pour lesquels existent un écolabel Européen: produits de lessive, lave-linge, lave-vaisselle, réfrigérateurs, papier hygiénique, papier de cuisine, papier à copier, amendements pour sols, peintures et vernis, ampoules électriques, linge de lit et T-shirts.

Consommation responsable


Diverses associations s’activent donc à sensibiliser les consommateurs, à les rendre plus vigilants et responsables. Mais y parviennent-elles? Et dans quelles mesure cela est-il possible? L’information du consommateur est sans doute une condition préalable à toute tentative de modifier durablement les habitudes. Mais comment garantir la circulation d’informations exactes? Quels critères retenir? Faut-il des labels sociaux ou environnementaux? Est-il nécessaire de créer une législation spécifique?
De plus, aujourd’hui, des entreprises signent des codes de conduite ou commercialisent des produits labellisés. Comment peuvent-elles garantir aux consommateurs que de tels engagements sont contrôlés sur le terrain? Quel est le prix de ces exigences? Et pour quels consommateurs?
Penser globalement, agir localement: les différents pouvoirs publics compétents en matière de consommation sont concernés. Une synthèse des propositions émanant de la société civile sera présentée: les préoccupations des consommateurs en matière sociale et environnementale sont relayées par plusieurs types d’organisations. Priorités et convergences en seront dégagées lors du Forum de la Consommation Responsable organisé par le CRIOC, qui aura lieu au Palais des Congrès de Bruxelles le 14 décembre 1998 de 9h30 à 17h 30. Ce forum est bilingue (traductions simultanées assurées) et est organisé avec la collaboration de nombreux partenaires du monde syndical et associatif (Test-Achats, Triodos, Quality Control, réseau éco-consommation de la région Wallonne, CRIOC, Campagne vêtements propres etc...).

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Pour en savoir plus: contactez le réseau éco-consommation au numéro 071/300 301, qui édite les fiches “eco-consommation”.
De plus,quelques adresses ou vous pourrez vous informer plus complètement:
CRIOC, Rue des Chevaliers, 18, 1050 Bruxelles, tel O2/547 06 83
Inter-environnement, Rue Marcq, 16, 1000 Bruxellles, tel 02/219 89 46
Inter-environnement, Boulevard du Nord, 6, 5000 Namur , tel 081/25 52 80
Espace Environnement, rue de Montigny, 29, 6000 Charleroi, tel O71 300 301.

(1): Guy Ernest Debord, “La société du spectacle”
(2): Raoul Vaneigem, “Nous qui désirons sans fin”
(3)Jean Baudrillard, “La société de consommation”
(4): id.
(5): id.
(6) Journée sans achats
(7) Jour sans magasin

 
     

     
 
Ecologie

Agriculture
Le Roman des Plantes
ÉCOLOGIE EXTRÊME
REQUIEM POUR LES POLDERS D'ANVERS
Banque du climat
Une agriculture 100% biologique
Les héros de l'environnement
Effondrement
Brésil et environnement
Veuillez croire…
CERVELLE D'OISEAU?
Nos forêts sensibles
La NASA et la fin de la civilisation industrielle
Collapsologie
AVENIR DE L'AGRICULTURE URBAINE
Le scénario de l’effondrement
Un nouveau type d'éoliennes...
Austérité et santé en Europe
Energies durables: les algues
Gaz de schiste aux Etats-Unis
Sortir de la consommation
JOURNAL JAPONAIS
UN MONDE EMPOISONNE
PAUVRE ECOLOGIE
ADIEU COCHONS…
Secteur minier en Amérique du Sud
Du neuf dans l’énergie solaire
Résister à la croissance de l’austérité
Europe, OGM et conflit d'intérêt
Forêts Colombiennes et multinationales
Bio carburants, OGM, profits etc…
Progrès de la civilisation au Pérou…
Soliculus deï
Su leï, suite
Small is beautiful
L'eau, les malins et les sots
Cochonneries & Co….
Nicolas Hulot et les équations actuelles.
Coca-Cola: “Taste the coke side of life”
Le coton OGM Bt de Monsanto détruit la terre et les agriculteurs.
L’économie verte à notre portée?
Crise écologique
Le monde à l’envers
Les affaires sont les affaires(7): Aspects politiques des OGM
Les affaires sont les affaires(4): Le charme discret de l’élevage du cochon
Les affaires sont les affaires(3): Les lobbies de la graisse
Les affaires sont les affaires(2): L'argent de la graisse
Les affaires sont les affaires(1) : Mauvaises graisses
Agriculture biologique: L’europe va-t-elle tout casser?
Un syndicat pour le fleuve Niger
NIGER: un fleuve qui se meurt
Notre empreinte écologique
A votre santé
UNE VIE ECO-LOGIQUE
UN GRAND COUP D'EPONGE
TRANSGENISME
JOURNEE SANS ACHATS
INCINERATION CONTRE PREVENTION
DILBEEK, LA PREVENTION DES DECHETS
AEROPORT DE BIERSET: NET SKY CONTRE ATTAQUE
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (2)
METTEZ DU TNT DANS VOS OREILLES
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (1)
LAISSE BETON
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact