CATASTROPHE ENVIRONNEMENTALE

Banc Public n° 284 , Octobre 2020 , Catherine Van Nypelseer



Nous devons arriver à penser à la catastrophe environnementale globale qui se produit à l'échelle de la planète. Pour ceux qui "croient" à la science et aux constats basés sur des données mesurées et leur interprétation basées sur des modèles validés scientifiquement, le sujet est presque insupportable, tant le désastre est violent et difficile à stopper:

 

- pour la destruction des écosystèmes, les mécanismes sont bien installés et mus par des forces terriblement puissantes liées à des profits conséquents pour des multinationales et les ouvriers qu'elles rémunèrent, résultant d'une forte demande, souvent manipulée, de consommateurs;

- en ce qui concerne le climat, qui est un des facteurs de cette destruction, l'aspect le plus dangereux est l'emballement: les facteurs du réchauffement moyen de la planète, les fameux gaz à effet de serre, persisteront dans l'atmosphère même si l'on parvenait à cesser d'en produire, et la déstabilisation continuera même si l'on arrêtait toute pollution supplémentaire. N'en déplaise à M. Trump, qui se base non sur la science mais sur ses sensations dans la vie courante, cela ne va pas "finir par refroidir" mais au contraire continuer à chauffer de plus en plus fort.

 

On peut noter, parmi les mécanismes qui nuisent à la prise de conscience mondiale de la gravité de la situation, le fait que les principaux effets de ces mécanismes de diminution de la viabilité de notre planète Terre sont les plus visibles dans des régions de celle-ci distinctes et éloignées de celles qui les causent par l'action de leurs industries.

 

Des vols vers... nulle part !

 

Et il est clair que la prise de conscience mondiale n'a pas encore eu lieu: comment expliquer sinon que des compagnies aériennes, en inactivité forcée à cause de la crise du coronavirus et des restrictions aux déplacements internationaux qu'elle impose, se mettent à organiser des "vols vers nulle part", comprenez : dont l'aéroport de départ est le même que celui d'arrivée, qui rencontrent un franc succès (1) ! C'est anecdotique, mais cela n'aurait jamais été proposé, compte tenu de l'atteinte à l'image de marque des compagnies aériennes concernées, si une réelle prise de conscience mondiale du désastre résultant de ces gaspillages d'énergie avait déjà eu lieu, même si l'on pourrait argumenter que ces vols sans séjour épargnent temporairement aux destinations touristiques leur destruction par le tourisme de masse...

 

Coronavirus et changements de mode de vie 

 

La grave crise du coronavirus, dont la survenue pourrait être liée à la dégradation de notre environnement – un aspect mentionné notamment dans l'engagement de 60 pays dont la Belgique à élaborer un plan comprenant des actions immédiates pour "protéger la nature et mettre un terme à la disparition galopante de la biodiversité d'ici 2030" (2) –, a eu le mérite de nous montrer qu'un changement radical de notre mode de vie était tout à fait possible, et même quasiment instantanément ! Presque plus de déplacements, plus d'école, de fast food, une grande partie du commerce et de l'industrie à l'arrêt... excusez du peu ! Cela prouve en tous cas que des changements énormes et non cosmétiques sont possible quasi instantanément, si l'humanité a conscience d'un péril grave.

 

Extinctions

 

Or, les atteintes environnementales sont en train de réaliser une extinction de masse de la vie sur Terre. Entre autres désastres phénoménaux, on apprend à présent via une étude allemande publiée dans la revue Nature d'octobre 2019, citée dans un article du Nouvel Observateur (3) que "La biomasse des arthropodes [dont font partie les insectes] a diminué en dix ans en Europe de 67 % dans les prairies et de 41% dans les forêts". Quand on sait que ces petits animaux sont à la base de la chaîne alimentaire d'une grande partie de la faune, il y a de quoi être effaré ! M. Trump pourrait énoncer qu'il ne serait personnellement pas dérangé que les mouches cessent de l'incommoder, mais, pour les scientifiques, c'est un élément de plus démontrant "la 6e extinction" d'animaux sur la planète (les précédentes s'étant produites antérieurement à l'avènement de l'humanité) ; l'homme en tant qu'espèce fera vraisemblablement partie de la 7e.

 

 

En ce qui concerne les insectes, une cause nouvellement identifiée de ce déclin spectaculaire seraient les ondes GSM :

"Le rayonnement des téléphones portables et des réseaux sans fil tels que le Wifi provoquerait en particulier chez les insectes l’ouverture des canaux calciques des cellules, entraînant une importante introduction d’ions calcium dans l’organisme. Ce calcium à forte dose déclenche des réactions en chaîne chez les insectes et un « stress cellulaire », selon l’étude".

 

Parmi ces réactions figureraient « une altération du sens de l’orientation et une diminution de la capacité de reproduction »« Le rythme jour-nuit est perturbé et le système immunitaire est mal activé », soulignent en outre les auteurs du rapport. « Des études menées en Grèce montrent également que le rayonnement des téléphones portables est nettement plus nocif que le champ magnétique d’une ligne électrique à haute tension ».

 

Disproportions

 

On ne peut qu'être frappé en consultant la presse de l'intérêt que peuvent susciter des sujets comme le sauvetage d'un chiot nouveau-né abandonné dans un sac poubelle (4), quand on pense aux millions d'animaux en pleine santé détruits dans les méga-feux de forêt en pleine expansion sous l'effet du réchauffement climatique dans les parties naturelles encore préservées de notre planète, en Australie, en Russie, en Amazonie, en Amérique du Nord..

 

Cela confirme à la fois l'intérêt du public pour la vie animale, mais aussi la difficulté à penser la catastrophe en cours à l'échelle planétaire, qui suscite apparemment moins d'intérêt des lecteurs de journaux; cette difficulté est sans doute liée à l'impuissance que l'on ressent face à une destruction d'une telle ampleur, à la puissance des forces auxquelles il semble difficile de s'opposer, mais dont nous sommes pourtant les donneurs d'ordre en tant que consommateurs ou actionnaires, à l'importance des changements à effectuer dans notre mode de vie, certes extraordinaire, mais qui ne nous rend pas vraiment heureux.

Catherine Van Nypelseer

     
 

Biblio, sources...

MINI-DOSSIER dans ce numéro

 

Dans ce numéro de Banc Public, nous avons tenté de nous documenter et de constituer un petit dossier en vous présentant deux livres récents (tous deux parus en février 2020) sur le sujet:

 

- Collapsus, un ensemble de contributions sous la direction de Laurent Testot et Laurent Taillet;

- Les Émotions de la Terre, du philosophe-naturaliste australien Glenn Albrecht.

 

Ces ouvrages ne suffisent pas à décrire la catastrophe en cours ni n'énoncent toutes les pistes possibles pour l'éviter, mais ils alimenteront votre réflexion afin peut-être d'orienter notre société vers plus de sobriété et de conscience des enjeux vitaux globaux, au-delà du train-train quotidien qui mobilise énormément de notre énergie, souvent pour des futilités.

(1) Journal du Dimanche 22/9/2020, "Les vols sans destination cartonnent"

https://www.lejdd.fr/International/les-vols-sans-destination-cartonnent-3993356

 

(2)Le Matin 28/9/2020 "CRISE CLIMATIQUE: Des dizaines de pays s’engagent à protéger la nature

 
     

     
 
Ecologie

Des Mots pour la Terre
COLLAPSUS
CATASTROPHE ENVIRONNEMENTALE
Feu la Terre
Greta Thunberg et ses détracteurs
Huile de palme
"Planter" des arbres ? Pitié !
Les haies de l'accord wallon
L'arnaque intellectuelle de la vitamine B12 (dans le scandale de l'agriculture chimique)
Germes de blé et médecine préventive
Déforestation de la forêt amazonienne au Brésil
Neutralité carbone
Le changement climatique divise l’Europe
Agriculture
Le Roman des Plantes
ÉCOLOGIE EXTRÊME
REQUIEM POUR LES POLDERS D'ANVERS
Banque du climat
Une agriculture 100% biologique
Les héros de l'environnement
Effondrement
Brésil et environnement
Veuillez croire…
CERVELLE D'OISEAU?
Nos forêts sensibles
La NASA et la fin de la civilisation industrielle
Collapsologie
AVENIR DE L'AGRICULTURE URBAINE
Le scénario de l’effondrement
Un nouveau type d'éoliennes...
Austérité et santé en Europe
Energies durables: les algues
Gaz de schiste aux Etats-Unis
Sortir de la consommation
JOURNAL JAPONAIS
UN MONDE EMPOISONNE
PAUVRE ECOLOGIE
ADIEU COCHONS…
Secteur minier en Amérique du Sud
Du neuf dans l’énergie solaire
Résister à la croissance de l’austérité
Europe, OGM et conflit d'intérêt
Forêts Colombiennes et multinationales
Bio carburants, OGM, profits etc…
Progrès de la civilisation au Pérou…
Soliculus deï
Su leï, suite
Small is beautiful
L'eau, les malins et les sots
Cochonneries & Co….
Nicolas Hulot et les équations actuelles.
Coca-Cola: “Taste the coke side of life”
Le coton OGM Bt de Monsanto détruit la terre et les agriculteurs.
L’économie verte à notre portée?
Crise écologique
Le monde à l’envers
Les affaires sont les affaires(7): Aspects politiques des OGM
Les affaires sont les affaires(4): Le charme discret de l’élevage du cochon
Les affaires sont les affaires(3): Les lobbies de la graisse
Les affaires sont les affaires(2): L'argent de la graisse
Les affaires sont les affaires(1) : Mauvaises graisses
Agriculture biologique: L’europe va-t-elle tout casser?
Un syndicat pour le fleuve Niger
NIGER: un fleuve qui se meurt
Notre empreinte écologique
A votre santé
UNE VIE ECO-LOGIQUE
UN GRAND COUP D'EPONGE
TRANSGENISME
JOURNEE SANS ACHATS
INCINERATION CONTRE PREVENTION
DILBEEK, LA PREVENTION DES DECHETS
AEROPORT DE BIERSET: NET SKY CONTRE ATTAQUE
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (2)
METTEZ DU TNT DANS VOS OREILLES
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (1)
LAISSE BETON
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact