L'ACTUALITE DU MOIS

Banc Public n° 67 , Février 1998 , Catherine VAN NYPELSEER



Puisque la censure américaine interdit à ces braves gens le spectacle de scènes à caractère sexuel au cinéma ou à la télévision, il faut bien qu’ils se distraient autrement. Quoi de plus excitant qu’une aventure, pour du vrai, entre une jeune stagiaire et leur Président, ce qui leur permet de s’intéresser tout de même à la chose , mais pour de hauts mobiles politiques? 250 millions de voyeurs s’en sont délectés pendant quelques semaines. Minable pourtant comparé à l’ancien Président françois Mitterrand qui avait installé sa maîtresse et leur fille à l’Elysée... On peut tout de même se demander si, pour subir ce genre de lessivage médiatique, l’Amérique trouvera encore d’autres candidats dépourvus du léger penchant exibitionniste observé finement par Paula Jones ?

 

Karla Tucker, elle, ne méditera plus sur sa vie et ses crimes. D’autres êtres humains se sont crus autorisés à la juger indigne de vivre la fin de ses jours au Texas, un bel Etat américain bien propre sur lui, un exemple... Prenez son gouverneur Bush Jr, qui a tenu la vie de Karla, droguée, fille de prostituée, entre ses mains manucurées. Un futur président des Etats-Unis, peut-être ? A en juger par son rictus sadique lorsqu’on l’interrogeait sur sa possibilité de gracier la condamnée, il aurait d’autres perversions à faire valoir pour notre bon plaisir médiatique que celles du Président actuel... Enfin, il ne faut pas trop s'inquiéter pour Karla puisque, d'après le journal Le Soir, sa mort aura servi: à sauver les 500 autres condamnés à mort au Texas qui ne sont que des pauvres types même pas blancs, pour la plupart.

En Belgique, on prépare la manifestation du 15 février pour la poursuite de la recherche de la vérité. Blague à part, petit à petit et mine de rien, certaines personnes que l’on croyait intouchables sont méchament remises en question, comme M. Spitaels, qui fait jouer ses protections politiques pour être sûr que plus personne ne croie à son innocence. Une perversion masochiste, peut-être, d’un homme présenté pourtant comme un grand stratège politique. Mais enfin, à l’époque où il était un président respecté du parti socialiste, on présentait bien André Flahaut, qui dirigeait alors l’institut Vandervelde, comme un intellectuel. Le type qui, ministre responsable du désamiantage du Berlaymont, nous a tous rassurés sur l’inocuité du chantier en nous confiant, patelin, qu’il travaillait tout près et n’en était pas incommodé!

Quant aux affaires judiciaires, on ne les analyse plus selon des modes de preuve rationnels, mais plutôt selon la croyance dans les réseaux de pédophiles. Le témoin "Y carr" qui nous a contactés en exclusivité nous assure qu’il y a sûrement des pédophiles dans tous les milieux, et peut-être jouissent-ils de la protection de ceux qui ne croient pas à de telles perversions ? Grâce aux efforts de la hiérarchie pour dissimuler l’état de notre système judiciaire, celui-ci a pu continuer à se délabrer jusqu’au niveau que l’on a pu consater, par exemple, dans le cas de la disparition de Loubna Benaïssa à Bruxelles. Vu de l'extérieur, le retour de ce dossier à la justice bruxelloise qui l'avait classé verticalement paraît malheureux.

Il conviendrait peut-être de s’interroger sur l’utilité de la notion de secret de l’instruction. Soi-disant, il servirait l’enquête et la recherche de la vérité. En pratique, il faut bien constater qu’il s’agit plutôt d’un privilège visant à empêcher, pour leur bien sans-doute (défini d’en haut), que les citoyens ne s’aperçoivent à quel point leur justice fonctionne mal. Le secret permet toutes les manipulations, y compris de faire croire que tel dossier incrimine telle personne. D’autres formules ne sont-elles pas envisageables, qui accroitraient le contrôle démocratique sur ce service?

Mais pour avoir un pouvoir judiciaire performant il faudrait une volonté politique et donc un Etat dans lequel les citoyens s’investissent. Ce n’est peut-être pas tellement évident au moment où l’on remet en marche les vieux carroussels linguistiques. La Belgique survivra-t-elle au troisième millénaire (1999, c’est l’année prochaine...) ?

 

Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

Untitled document

 
     

     
 
Médias

Liberté de la presse
La post-vérité est-elle en marche ? (13) Expansion et impostures de la vision économique
BONS BAISERS DE FRANCE
La post-vérité est-elle en marche ? (12) L’industrie pharmaceutique nous veut du bien
Un brin de 68
La post-vérité est-elle en marche ? (11) Impostures scientifiques
La post-vérité est-elle en marche ? (10) Quelques impostures intellectuelles
La post-vérité est-elle en marche ? (9) Idéologie, sciences sociales et débats
La post-vérité est-elle en marche ? (8) Théâtre intellectuel
La post-vérité est-elle en marche? (7) Politiquement correct
La post-vérité est-elle en marche? (6) Novlangue
La post-vérité est-elle en marche? (5) Populisme, populace, etc
La post-vérité est-elle en marche? (4) Les éditocrates
La post-vérité est-elle en marche? (3) Médias-citoyens: une confiance écornée?
La post-vérité est-elle en marche? (2) Information et/ou communication?
La post-vérité est-elle en marche?
Renards à la garde du poulailler, suite….
Télévision et cerveau
L'indépendance floue de Reporters Sans Frontières
Les réseaux de l’information en Belgique
Au commandes de la presse...
A propos de la forêt derrière l'arbre...
La guerre des ondes
CA PRESSE?
L'ACTUALITE DU MOIS
REVEIL BRUTAL
Brèves
Presse, levez-vous , droit de réponse à l'émission "au nom de la loi",
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact