JOURNAL JAPONAIS

Banc Public n° 201 , Juin 2011 , Catherine VAN NYPELSEER



Le terrible accident nucléaire de Fukushima, provoqué par un important séisme suivi d’un gigantesque tsunami le 11 mars dernier, marquera vraisemblablement le début de la fin de la production d’énergie par la technique de la fission nucléaire dans notre civilisation.

Les dégâts possibles sont tellement graves, transformant des territoires énormes en déserts inaccessibles pour des décennies, ruinant l’activité économique et détruisant la vie des individus qui les habitaient, polluant à petit feu le reste de la planète, qu’il serait incompréhensible que la volonté politique de continuer le développement de cette filière industrielle persiste dans les pays démocratiques.

Le délicat démantèlement des centrales existantes sera l’un des chantiers du 21e siècle. Les pays ne possédant pas de centrale nucléaire, ou décidant de cesser de produire leur énergie de cette façon, bénéficieront sans doute d’un important avantage économique sur les plus nucléaristes.

Pour visualiser ce que le monde a perdu suite à la catastrophe, une superbe vidéo de 2007 destinée à la promotion touristique de la province de Fukushima – ses paysages, ses fleurs, ses fruits, sa gastronomie, ses 130 sources d’eau chaude, etc. – est disponible sur le site rue89 (http://www.rue89.com/2011/03/15/fukushima-japon-avant-le-seisme-195131).

Un journal de la catastrophe

Pour réaliser un peu mieux ce à quoi nous avons jusqu’à présent échappé, et en apprendre un peu plus sur l’état d’esprit des Japonais, on peut consulter le journal du mois après la catastrophe d’un Européen habitant au Japon.
Marié à une Japonaise, ce Français âgé d’une soixantaine d’années habite au Japon depuis une quinzaine d’années, à une centaine de kilomètres de la centrale de Fukushima. Il donne des cours de conversation française à l’université et consacre ses loisirs à sa passion, la restauration de meubles japonais anciens.

C’est à cela qu’il travaillait le 11 mars lorsque la gigantesque secousse l’a fait sortir de chez lui dans la neige, complètement paniqué, en oubliant la consigne que les enfants japonais apprennent depuis leur plus jeune âge: laisser la porte de la maison ouverte afin de pouvoir y rentrer après le tremblement de terre, qui pourrait déplacer les murs et bloquer la porte.

Le choc psychologique sera tel qu’il sera incapable de dire un seul mot lorsque plus tard, rentré par la porte-fenêtre qui a volé en éclats, il décroche le téléphone et entend son épouse qui tente de prendre de ses nouvelles depuis son lieu de travail.

Vers 19h, ils apprennent qu’il y a eu un incident à la centrale de Fukushima.
Ensuite, toute la nuit il y a de nouvelles secousses, de magnitude 5 ou 6, toutes les demi-heures environ. Impossible de dormir ou même de se reposer…

La première activité le lendemain est d’allumer la télévision pour tenter de se procurer des informations. De nouvelles vidéos du tsunami, parfois tournées par «des habitants de ces villes englouties qui sont miraculeusement parvenus à trouver refuge sur un toit» (p. 21).
Ensuite, à 15h36, un porte-parole du gouvernement annonce qu’une explosion vient d’avoir lieu dans le réacteur n°1 de la centrale de Fukushima.

Pendant quelques instants, croyant à une explosion atomique comme celles d’Hiroshima et de Nagasaki, Philippe Nibelle croit sa dernière heure venue…

Il consacre le reste de sa journée à zapper frénétiquement devant sa télévision, en quête d’informations. Pour lui, «dans l’attente d’un cataclysme nucléaire, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que regarder la télé»(p.23)…
Témoin de son anxiété, son épouse japonaise ressent de la honte, parce que c’est à cause d’elle qu’il est dans cette situation qui inquiète les membres de sa famille restés en France! Quelques jours après la catastrophe, elle réussit à lui procurer un billet d’avion sur un vol Air France à destination de Paris. Pour sa part, elle ne souhaite pas quitter le Japon, à cause de ses parents et des personnes âgées dont elle s’occupe dans le cadre de son travail dans un home. Il décide de rester avec elle…

Sa vie est à présent organisée autour des interviews qu’il donne à des chaînes de télévision françaises et européennes, par internet, avec le logiciel Skype. Parfois, cette activité lui joue des tours comme lorsqu’il craque émotionnellement en direct suite au fait que Tepco a annoncé qu’il faudrait au moins un mois pour maîtriser le réacteur n°3, dont l’état reste extrêmement préoccupant… son père qui vit en Espagne s’en aperçoit et lui téléphone directement après l’interview.

L’instrument qui lui sera le plus utile, après l’appareil de mesure de la radioactivité reçu de l’ambassade de France, sera…la girouette installée dans le jardin pour vérifier si le vent ne vient pas de la direction de la centrale accidentée.


Le couple reçoit parfois des nouvelles de l’oncle de l’épouse qui est ingénieur à la centrale de Fukushima.


Philippe Nibelle termine son livre au moment où le gouvernement du Japon réévalue la gravité de l’accident nuclé¬aire au niveau 7, comme Tchernobyl, et conclut sur l’expression japonaise qui signifie «ça va aller»: Sasekene.

Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

 

JOURNAL D’APOCALYPSE
Philippe Nibelle
Editions du Rocher
Avril 2011
187 p. 18,80 Euros

 
     

     
 
Ecologie

Agriculture
Le Roman des Plantes
ÉCOLOGIE EXTRÊME
REQUIEM POUR LES POLDERS D'ANVERS
Banque du climat
Une agriculture 100% biologique
Les héros de l'environnement
Effondrement
Brésil et environnement
Veuillez croire…
CERVELLE D'OISEAU?
Nos forêts sensibles
La NASA et la fin de la civilisation industrielle
Collapsologie
AVENIR DE L'AGRICULTURE URBAINE
Le scénario de l’effondrement
Un nouveau type d'éoliennes...
Austérité et santé en Europe
Energies durables: les algues
Gaz de schiste aux Etats-Unis
Sortir de la consommation
JOURNAL JAPONAIS
UN MONDE EMPOISONNE
PAUVRE ECOLOGIE
ADIEU COCHONS…
Secteur minier en Amérique du Sud
Du neuf dans l’énergie solaire
Résister à la croissance de l’austérité
Europe, OGM et conflit d'intérêt
Forêts Colombiennes et multinationales
Bio carburants, OGM, profits etc…
Progrès de la civilisation au Pérou…
Soliculus deï
Su leï, suite
Small is beautiful
L'eau, les malins et les sots
Cochonneries & Co….
Nicolas Hulot et les équations actuelles.
Coca-Cola: “Taste the coke side of life”
Le coton OGM Bt de Monsanto détruit la terre et les agriculteurs.
L’économie verte à notre portée?
Crise écologique
Le monde à l’envers
Les affaires sont les affaires(7): Aspects politiques des OGM
Les affaires sont les affaires(4): Le charme discret de l’élevage du cochon
Les affaires sont les affaires(3): Les lobbies de la graisse
Les affaires sont les affaires(2): L'argent de la graisse
Les affaires sont les affaires(1) : Mauvaises graisses
Agriculture biologique: L’europe va-t-elle tout casser?
Un syndicat pour le fleuve Niger
NIGER: un fleuve qui se meurt
Notre empreinte écologique
A votre santé
UNE VIE ECO-LOGIQUE
UN GRAND COUP D'EPONGE
TRANSGENISME
JOURNEE SANS ACHATS
INCINERATION CONTRE PREVENTION
DILBEEK, LA PREVENTION DES DECHETS
AEROPORT DE BIERSET: NET SKY CONTRE ATTAQUE
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (2)
METTEZ DU TNT DANS VOS OREILLES
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (1)
LAISSE BETON
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact