Le 1er mai est-il libéral ou socialiste?

Banc Public n° 210 , Mai 2012 , Frank FURET



Destruction des  collectifs, soumission aux logiques financières, individualisation à outrance, « management » déshumanisé et oppressant, précarisation et incertitudes permanentes caractérisent de plus en plus le monde de l’entreprise.

« Le travail a perdu de sa dimension socialisatrice et citoyenne. Depuis une vingtaine d’années, nous assistons à une individualisation systématique de la relation de chacun à son travail, de  la gestion des salariés et de l’organisation du travail », observait la sociologue Danièle Linhart. « Le salarié est un ennemi à fragiliser, à affaiblir et à isoler. Il faut le mettre en difficulté pour  obtenir de lui un travail à la hauteur de ce qu’attend l’entreprise. »

 

La démocratie et la solidarité ont été mises entre parenthèses. En cause : les nouvelles formes de management, la tyrannie des objectifs chiffrés et les injonctions des  gestionnaires qui dictent leur loi. Le point de vue des salariés est ignoré. Le management de proximité n’est plus exercé par des humains, mais par des machines : les ordinateurs qui fixent les objectifs,  les chaînes de production automatisées qui imposent leur rythme.« Vous ne pouvez pas débattre avec un flux productif », ironise Jean-Pierre Durand, professeur de sociologie du travail à l’université d’Évry-Val d’Essonne.

 

On ne demande pas seulement aux salariés d’être efficaces, mais d’adopter un certain comportement. « On évalue le travail, mais aussi la loyauté, la discipline, la  docilité du salarié vis-à-vis de l’entreprise ». Avec un effet pervers : ne pas se syndiquer, ne pas faire grève, ne pas trop s’afficher avec un collègue en difficult… devient la norme à respecter. Et pour leur permettre de tenir, de ne pas succomber aux « risques psychosociaux », on leur propose tout un attirail d’aides psychologiques : un numéro vert auquel se confier, consultations gratuites d’un  psy, séances de relaxation... Loin de les aider, ce recours au psychologisme à tout-va constitue un « développement du pouvoir de subir », estime Dominique Lhuilier, professeur de psychologie du travail au  Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). À force de subir sans broncher, il n’est pas étonnant que les frustrations refoulées au bureau, dans l’usine ou l’entrepôt s’expriment ailleurs. Ces  frustrations viennent renforcer un sentiment général de dépossession face à la mondialisation.

 

Les problèmes de santé liés au travail se développent fortement chez les salariés entre 50 et 60 ans. Coïncidence ? les entreprises françaises ont  bien des difficultés à embaucher des personnes de cet âge. Plus de la moitié des 1,8 million de chômeurs de longue durée (au chômage depuis un an ou plus) ont plus de 50 ans. Le travail rejette ceux qu’il a  épuisés. « Les victimes sont désignées comme coupables. On va donc chercher à savoir quelles sont leurs déficiences personnelles », remarque Dominique Lhuilier. «On essaie de liquider les salariés qui posent  problème plutôt que les problèmes que les salariés posent.» Comme s’en prendre aux chômeurs plutôt qu’au chômage, comme s’en prendre aux jeunes plutôt que de leur proposer un avenir…

Les « vrais travailleurs » continueront de subir,  de souffrir, en étant plus ou moins bien payés pour cela et leur réprobation doit se diriger vers ceux qui ont été exclus du travail : les « assistés », ceux qui ne bossent pas ou ne peuvent plus le  faire. Bref, les inaptes et les chômeurs.  « Tout le monde est contre les fonctionnaires. Les précaires sont contre les CDI. Nous vivons dans une société qui voit en l’autre un ennemi tout en étant chacun dans un état d’angoisse permanent »,

L'objectif : le renforcement de la flexibilité et la diminution d'un « coût du travail » qui, pour le patronat, sera toujours trop élevé et dont il réclamera indéfiniment la baisse. Même dessein, mieux avoué, dans les pleurnicheries  sur les cotisations sociales patronales décrites comme d'insupportables «charges» pénalisant la sacro-sainte compétitivité et privant les patrons de la  joie désintéressée d'embaucher. Tous nos malheurs viendraient de ces « prélèvements obligatoires », pratiques « confiscatoires » d'un « État-providence » glouton et dépensier.

 

Pendant ce temps  les grands fauves des affaires se cooptent entre eux, à quelques dizaines, dans les conseils d'administration où ils constituent des « comités de rémunération » s'attribuant réciproquement les revenus correspondant à leur avidité. Une véritable mafia où  copinage, arrivisme et  renvoi d'ascenseur tiennent lieu de mérite et de talent.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Le « vrai travail » selon Sarkozy va-t-il tuer la démocratie ? Ivan du Roy, Nolwenn Weiler, 1er mai 2012, Bastamag

 
     

     
 
Monde du travail

Génie du management
DES FIRMES & DU TRAVAIL (OU PAS?)
Curieux emplois
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (3): Scénarios et solutions
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (2):Des experts divisés
Intelligence artificielle, robotisation et emploi (1) Etat des lieux
Une société de «jobs à la con» ?
Coût du capital / coût du travail
LE TRAVAIL : Donnée économique ou réalisation humaine ?
Inde : un patron mal aimé...
Eurovegas: la compétitivité du futur...
Le 1er mai est-il libéral ou socialiste?
Une nouvelle classe sociale ?
Quand les Chinois se réveillent…
Le travail c'est la santé
Bolivie: la retraite à 58 ans
Pendant ce temps, en Chine
Saison des prix
France-Telecom, suite...
LA GESTION DU CHÔMAGE (3ème partie)
Fabrique de femmes
Capitalisme, précariat, État et individus
CHASSE AUX CHOMEURS : Les chômeurs doivent-ils chercher du travail?
La mutation du corps social
Moi je commande, toi tu bosses...
Santé des travailleurs
Travailleurs de la santé
Décroissance et détravail
Travailleurs franchisés
Volutes
L’ouvrier devant sa vieille machine
MOBBYING A L'ONEM
BREVES RENCONTRES
REFLEXIONS SUR LE DROIT DE S'EXPLOITER SOI-MÊME POUR LE COMPTE D'UN TIERS
BREVES: L’Office de l’Emploi is watching you
SANS EMPLOI
DU TRAVAIL POUR TOUS (Qui ne travaille pas ne mange pas)
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact