Neutralité carbone

Banc Public n° 279 , Septembre 2019 , Frank FURET



Alors que les émissions de CO2 augmentent toujours dans bon nombre de pays, tranchant avec l’engagement des discours politiques, d’autres prennent au sérieux la problématique du réchauffement climatique.

 La Finlande veut surpasser ainsi le reste du monde en fixant un objectif à très court terme par rapport aux autres pays : une neutralité  en carbone pour 2035.

 

Le nouveau gouvernement de coalition l’a annoncé le 4 juin dernier, la Finlande sera une société durable sur le plan social, économique et écologique. Dans cet objectif, ils s’engagent dans leur rapport «Une Finlande inclusive et compétente» dans une mesure qui dépasse les objectifs de tous les pays développés: être neutre en émission carbone en 2035. Passée cette date, le pays devra présenter des émissions négatives.

 

La consommation d’énergie par Finlandais est supérieure de 44% à la moyenne des pays développés. Même si leur production est en grande partie décarbonée, elle ne couvre que la moitié des besoins du territoire. De plus, leurs émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie sont de 20% supérieures à la moyenne des pays de l’Union européenne. Cela est dû principalement à l’utilisation encore répandue en Finlande de la tourbe et du charbon. Ce pays scandinave veut donc réduire et même supprimer la part de ce dernier dans la production d’électricité d’ici 2029.

 

Pour atteindre ce but louable, la Finlande investit des sommes colossales dans l’industrie nucléaire. Ses quatre réacteurs nucléaires répartis sur deux sites, Loviisa et Olkiluoto, seront bientôt rejoints par un cinquième, Olkiluoto 3. Ce parc nucléaire sera complémenté en 2028 par un réacteur à eau sous pression, le VVER-1200. Le pays veut ainsi être capable d’électrifier toute la société, des transports au chauffage. Même les verts Finlandais ne sont plus anti nucléaires !

 

 

 

Paradoxe des temps modernes: tout le monde veut bénéficier d’un grand confort de vie mais personne ne veut en supporter les conséquences. Un mode de vie, donc de consommation et de vision politique, qui n’est évidemment jamais questionné. L’idée même d’une sobriété institutionnelle ne semble pas véritablement débattue, tant notre confort moderne, autant que l’esprit du marché, dictant nos choix de consommation, sont profondément gravés dans nos esprits.

 

La remise en question de la mondialisation des échanges commerciaux ou de nos modes de vie consuméristes ne fait pas l’objet d’un débat. Bien au contraire, les récents accords internationaux, signés en grande pompe par nos gouvernants, donnent plus de pouvoir aux multinationales et témoignent d'une volonté manifeste de perpétuer la marche d’un modèle qui est la cause de nos maux, tout en prétendant par ailleurs qu’il nous sauvera du désastre. 

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

"Finlande: les Verts ne sont plus anti nucléaire", Journal de l'environnement, 19 juin 2018

 
     

     
 
Ecologie

Greta Thunberg et ses détracteurs
Huile de palme
"Planter" des arbres ? Pitié !
Les haies de l'accord wallon
L'arnaque intellectuelle de la vitamine B12 (dans le scandale de l'agriculture chimique)
Germes de blé et médecine préventive
Déforestation de la forêt amazonienne au Brésil
Neutralité carbone
Le changement climatique divise l’Europe
Agriculture
Le Roman des Plantes
ÉCOLOGIE EXTRÊME
REQUIEM POUR LES POLDERS D'ANVERS
Banque du climat
Une agriculture 100% biologique
Les héros de l'environnement
Effondrement
Brésil et environnement
Veuillez croire…
CERVELLE D'OISEAU?
Nos forêts sensibles
La NASA et la fin de la civilisation industrielle
Collapsologie
AVENIR DE L'AGRICULTURE URBAINE
Le scénario de l’effondrement
Un nouveau type d'éoliennes...
Austérité et santé en Europe
Energies durables: les algues
Gaz de schiste aux Etats-Unis
Sortir de la consommation
JOURNAL JAPONAIS
UN MONDE EMPOISONNE
PAUVRE ECOLOGIE
ADIEU COCHONS…
Secteur minier en Amérique du Sud
Du neuf dans l’énergie solaire
Résister à la croissance de l’austérité
Europe, OGM et conflit d'intérêt
Forêts Colombiennes et multinationales
Bio carburants, OGM, profits etc…
Progrès de la civilisation au Pérou…
Soliculus deï
Su leï, suite
Small is beautiful
L'eau, les malins et les sots
Cochonneries & Co….
Nicolas Hulot et les équations actuelles.
Coca-Cola: “Taste the coke side of life”
Le coton OGM Bt de Monsanto détruit la terre et les agriculteurs.
L’économie verte à notre portée?
Crise écologique
Le monde à l’envers
Les affaires sont les affaires(7): Aspects politiques des OGM
Les affaires sont les affaires(4): Le charme discret de l’élevage du cochon
Les affaires sont les affaires(3): Les lobbies de la graisse
Les affaires sont les affaires(2): L'argent de la graisse
Les affaires sont les affaires(1) : Mauvaises graisses
Agriculture biologique: L’europe va-t-elle tout casser?
Un syndicat pour le fleuve Niger
NIGER: un fleuve qui se meurt
Notre empreinte écologique
A votre santé
UNE VIE ECO-LOGIQUE
UN GRAND COUP D'EPONGE
TRANSGENISME
JOURNEE SANS ACHATS
INCINERATION CONTRE PREVENTION
DILBEEK, LA PREVENTION DES DECHETS
AEROPORT DE BIERSET: NET SKY CONTRE ATTAQUE
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (2)
METTEZ DU TNT DANS VOS OREILLES
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE (1)
LAISSE BETON
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact