Lettres à un avocat

Banc Public n° 91 , Juin 2000 , Catherine VAN NYPELSEER



Par un matin d'hiver, Banc Public ouvrant son courrier y découvrit dans une grande enveloppe matelassée le tome VI de la Correspondance de Michel de Ghelderode, par Roland Beyen, qui venait de paraître dans la collection "Archives du futur" des Editions Labor, dans la préface duquel notre article de mars 1999 était cité.

Sous le titre "Masques, lettres et petits secrets ", nous avions vivement déploré, en des termes assez durs, la décision de l'ordre "français" des avocats de Bruxelles d'interdire à un avocat, le fils d'un des correspondants du dramaturge, de laisser publier l'échange de lettres entre son père, Paul De Bock, et Michel de Ghelderode, à l'époque où il avait été son conseil pour ses graves ennuis avec l'administration communale de Schaerbeek à la Libération.

Nous regrettons cependant de ne pas avoir à l'époque donné la parole à la défense, et c'est pourquoi nous avons demandé à Maître François Glandorff, bâtonnier sortant de l'ordre français des avocats de Bruxelles, de nous donner son point de vue sur cette affaire. Vous lirez son interview en pages (3, 6-8).
Avant tout, il convient de préciser que Roland Beyen n'est pas un auteur à scandales, mais bien un professeur à la K.U.L., spécialiste mondialement reconnu de l'oeuvre de Ghelderode auquel il a notamment consacré sa thèse de doctorat "Michel de Ghelderode ou la hantise du masque " en 1971 - plusieurs fois republiée depuis, notamment par l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique dont il est membre. Son but est de donner une image la plus fidèle possible de la vie du grand dramaturge, décédé en 1962, et en particulier de faire connaître exactement ce que fut son attitude pendant la deuxième guerre mondiale.

En effet, le soupçon de collaboration qui pèse sur notre grand écrivain nuit évidemment à la diffusion de son oeuvre. Pourtant, nul dossier pénal ne fut ouvert contre lui à la Libération, c'est uniquement son employeur, la commune de Schaerbeek à Bruxelles, qui profita de l'occasion pour le révoquer de ses fonctions de "commis de direction" qu'il occupait depuis 1923.

Cette année-là, il s'était doublement rangé en se mariant et en devenant fonctionnaire, après avoir exercé différents métiers: soldat de carrière, marin, garçon de course, ouvrier de foire, professeur, laveur de carreaux, etc.

C'est peut-être à son bureau au service des archives, en tous cas pendant la période où il y fut employé - puisque sa période "productive" au niveau théatral s'étend de 1923 à 1936, qu'il rédigea son oeuvre théâtrale, qu'il portait en lui depuis des années. Son activité littéraire ne plaisait pas à tous ses collègues: il retrouva un jour dans les toilettes de la maison communale des pages de son dernier livre en guise de papier WC!

Ce "mobbing", comme on dirait actuellement, avait selon lui été causé par son indépendance: dans un mémoire adressé à son avocat en 1944 il expliquait qu' "il ignorait par principe tout politicien", puisque qu'il estimait que le devoir du fonctionnaire était de s'abstenir d'activités politiques, conception "aux antipodes [de] la mentalité générale qui régnait dans l'Administration communale de Schaerbeek" 1. Dans le même texte, il affirme que s'il s'était fait inscrire dès son entrée en fonctions dans un des trois partis accrédités en Belgique, ou même dans un parti extrême, il aurait pu "faire jouer le piston" pour faire carrière. Il attribuait les brimades dont il fut l'objet dès son entrée en fonction à des fonctionnaires membres du parti Libéral incités à cela par le Collège, qui se lassèrent quand il obtint certains honneurs publics dans sa carrière d'écrivain. Les insultes qu'il recevait par voie écrite (sur son bureau ou sous sa porte), ou encore téléphonique, étaient notamment "sale calotin", "clérical" et "Flamingant"...

A la Libération, en janvier 1945, le Conseil communal de Schaerbeek le convoqua pour répondre de deux accusations 2:

"1°) a été désigné pour l'échevinat des Beaux-Arts, Affaires Culturelles et Tourisme"
2°) a donné régulièrement à l'I.N.R. français (sous contrôle et censure allemands) pendant l'occupation, une causerie hebdomadaire sur les «gens et choses de chez nous».
A participé de ce fait à la propagande voulue par les Allemands."

Son défenseur, Paul De Bock, fit valoir que son transfert vers l'administration du Grand-Bruxelles avait été réalisé sous la contrainte. Comme le Conseil communal n'avait pas "trouvé trace de paiement d'indemnités supplémentaires", cette prévention fut abandonnée.

Par contre, les conférences à l'I.N.R. - nommé Radio-Bruxelles par les Nazis - pour lequel il était payé, mais dans lesquelles "il n'a traité que des sujets se rapportant à l'histoire de Belgique ou au folklore", plutôt patriotiques, mais sans aucune allusion politique (ce qui était attesté par les textes de ces conférences, que Paul De Bock déposa au Conseil communal), en lesquelles il reconnut avoir commis "une imprudence", mais il était "dans un état proche de la misère" (vu les difficultés à subsister pendant l'occupation, et son mauvais état de santé), lui valurent la révocation (c'est-à-dire un licenciement infâmant sans indemnités, la plus forte sanction pour un fonctionnaire), par treize voix contre onze, et une abstention.
Le Conseil communal motiva comme suit sa décision: Attendu que M. de Ghelderode, Michel, commis de direction, a donné pendant l'occupation ennemie, des conférences au micro de l'I.N.R. ;
Attendu que M. de Ghelderode ne pouvait ignorer que l'ennemi avait pris possession de l'I.N.R. et qu'il l'utilisait pour sa propagande;
Attendu qu'il s'est ainsi associé, tout au moins indirectement, à la propagande de l'ennemi;
Considérant que s'il est exact que M. de Ghelderode se soit trouvé dans un état de détresse, il aurait pu trouver du secours dans des milieux de patriotes belges;
Considérant que l'attitude prise par M. de Ghelderode n'a dès lors aucune excuse.

Cette décision du Conseil communal de Schaerbeek fut annulée ("improuvée" dans le vocabullaire administratif de l'époque) par la députation permanente du Brabant le 23 mars 1945, avec la motivation suivante 3:
"Attendu que la peine est excessive eu égard aux faits retenus à charge de l'intéressé tels qu'ils apparaissent à l'examen du dossier"

La saga du malheureux commis n'était pas achevée puisque la commune fit appel de cette décision auprès du Régent. Le ministre de l'Intérieur, Adolphe Van Glabbeke, qui était un ancien stagiaire de Paul De Bock, décida en novembre 1945, après un "lobbying" intense des amis de de Ghelderode (lettre à la Reine Elisabeth, contacts dans l'arrondissement électoral du ministre, etc.), de remplacer la sanction initiale par trois mois de suspension de traitement.

L'affaire n'était pas encore terminée puisque la commune s'acharna encore à ne pas voter les crédits pour la liquidation des arriérés de traitement du malheureux commis, qui, très malade et fort éprouvé nerveusement, dut encore dilligenter des procédures et emprunter de l'argent à ses amis pour vivre avec son épouse aux crochets de sa soeur et du mari de celle-ci jusqu'en novembre 1946. Ensuite il se fit pensionner pour maladie.

Pour Roland Beyen, "Ghelderode ne se remettra jamais des privations et des angoisses qu'il a subies en 1945 (...). Il ne parviendra plus à réaliser ses innombrables projets" .4

Grâce à Roland Beyen, et aux documents qu'il a pu se procurer, nous connaissons exactement les faits relevant de sa vie privée - le dramaturge ne se vantait sûrement pas sur les ondes de sa qualité de commis à l'administration communale de Shaerbeek ! - qui furent reproché à Michel de Ghelderode par son employeur, à la Libération.

Il est clair que dans ces mêmes circonstances de l'occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale, certains réagirent de toute autre manière, comme par exemple Jacques Cox, astronome pas mieux formé politiquement que l'écrivain, qui s'opposa à la poursuite des activités de l'Université Libre de Bruxelles quand les Nazis voulurent en prendre le contrôle, et obtint que son Conseil d'administration en décide la fermeture.

Il n'en reste pas moins que le veto de l'ordre des avocats à la publication de la correspondance de Michel de Ghelderode avec son conseil Paul De Bock aboutit simplement à faire supposer au public que celle-ci comporte des secrets, d'autres faits reprochables à ce grand écrivain pendant l'occupation allemande, ce qui est paradoxal vu la finalité de ce secret professionnel qui est tout de même de protéger le client d'un avocat et non de nuire à sa mémoire.

A l'appui de notre souhait que le Conseil de l'ordre revienne sur sa décision de principe antérieure, à la lumière d'un examen plus approfondi du dossier en question, nous versons encore une pièce: vous verrez dans l'interview de Maître Glansdorff le poids qu'en tant que partisan du secret relatif (par opposition à absolu) il accorde à la volonté de l'intéressé.

Or, nous avons trouvé, après cette interview, dans le tome VI de la Correspondance, une lettre de Michel de Ghelderode qui montre le souci qu'il avait en tous cas que ses lettres à Paul de Bock ne soient pas détruites: dans une missive du 27 novembre 1947, où il le félicite joyeusement pour sa nomination au Conseil d'Etat, puis se plaint amèrement, malgré le succès récent de son théâtre sur les scènes parisiennes, de sa situation en Belgique: "Mais à quoi bon triompher à Paris, si cette Belgique que j'aime et où je ne pourrais ne point vivre, continue d'être une terre hostile, où je suis tenu en exil pour des crimes que je n'ai pas commis!..." , il le prie, lors de la liquidation de son cabinet d'avocat, de conserver son dossier: "Mon cher Paul, je te laisse à ta liquidation, dont tu sauveras mon dossier, n'est-ce-pas? "

N'est-ce pas qu'il souhaitait que la postérité puisse en prendre connaissance?


Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

Untitled document

1. Mémoire adressé à Maître Paul De Bock en octobre 1944, publié en annexe au volume V de la correspondance de Michel de Ghelderode, par Roland Beyen, Editions Labor, pp 659 - 671.

2. Source: Extrait du Registre aux Délibérations du Conseil communal de Schaerbeek, annexe au tome V de la "Correspondance de Michel de Ghelderode", pp. 674 - 676.

3. Arrêté de la Députation permanente du Brabant publié également en annexe du tome V, pp. 682 - 684.

4. Préface du tome V, pp. 33 - 34.

 
     

     
 
Philosophie

Le miroir aux alouettes
Piqûre de rappel
Histoire : le commerce des indulgences
DE L’IDEOLOGIE… QUEL BUT?
DILEMME D’ADAM
Réflexions sur la mort, douleurs de privilégiés
LE CHÂTAIGNIER Pas très loin du Centre du monde
Petites proses sans poésie (2)
Joutes printanières
MOI AUSSI, QUAND J’ETAIS JEUNE, J’AI ETE UN HEROS MODERNE
Canard au cent
AUGUSTE BLANQUI ET L'ETERNITE A la mémoire de Jerry David
Lettres à un avocat
INTERVIEW DE FRANCOIS GLANSDORFF
LE VERTIGE DU TEMPS DANS LES SCIENCES HUMAINES
TRISTAN CORBIERE, ARTHUR RIMBAUD, L'ETERNITE, LA MER ET LE SOLEIL
STATION SAINT-GUIDON
KERBELEN, CARNET DE VOYAGE
LE QUARTIER OU LE NEGATIF TENAIT SA COUR
LE SAC DE MEMPHIS
NOSTALGIE
LA TÂCHE
GINETTE PATATE: Solitude e condition sociale
CONTES de NOËL: LES MAUVAISES FREQUENTATIONS
LIBERTE ET SOLITUDE A BERLIN (...Très petits jardins...)
LADY DI ET MOI
A LA RECHERCHE DES CROYANTS
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact