Taxe Robin

Banc Public n° 191 , Juin 2010 , Frank FURET



Une coalition d'associations et de syndicats emmenés en France par Attac, en Allemagne, au Canada et au Royaume-Uni par les «Robin Hood Tax» («Robin Hood Steuer» en Allemagne) ou la «zero zero cinque» en Italie, pense pouvoir récupérer entre 500 et 1000 milliards de dollars par an sur les marchés financiers mondiaux pour les redistribuer.  Nombre d'ONG et de syndicats en font partie, du Secours catholique à la CGT (Frère Tuck et Petit Jean en somme, les célèbres compagnons de Robin des Bois). Les sociaux-démocrates allemands du SPD ont également rejoint ce rassemblement hétéroclite.

Environ 6.000 milliards de dollars transitent chaque jour par les virtuels circuits financiers mondiaux. 0,05% chaque jour, cela fait 3 milliards par 24h. L'Institut autrichien de recherche économique estime qu'une telle taxe pourrait rapporter entre 447 et 1022 milliards par an, même si les flux financiers baissaient considérable­ment.

Un tel impôt pourrait permettre de réaliser les «objectifs du millénaire pour le développement» fixés par l'ONU, que tout le monde a oublié depuis le passage à l'an 2000: réduire l'extrême pauvreté et la faim, réduire la mortalité infantile, combattre le Sida ou le paludisme, assurer l'éducation primaire pour tous… Et cela pour un coût de 170 milliards de dollars. Il resterait encore assez de liasses de billets verts pour financer l'adaptation des pays pauvres au changement climatique et leur transition énergétique pour une dépense de 150 milliards. Le solde pourrait même servir aux États endettés par la crise financière et le sauvetage des banques pour préserver leurs systèmes de protection sociale. Et tout cela en une année.

Techniquement, c'est pour ces associations, faisable sans grande difficulté: «Cet argent peut être facilement collecté via les chambres de compensation et de règlement qui sont déjà utilisées pour tout échange important et par lesquelles transite chaque transaction financière, y compris celles qui se font de gré à gré. Toute transaction importante est réalisée en trois étapes: le transfert, la compensation et le règlement. Un simple marquage électronique peut automatiquement transférer le montant de la taxe vers les services fiscaux appropriés», expliquent les Robins des Bois.

Reste que l'administration US, une partie du gouvernement britannique, plusieurs États européens comme la Suède et, bien évidemment, la City de Londres et  Wall Street à New York y sont opposés Le Parlement européen, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique et la France ont déclaré y être favorables
Cette taxe sur les transactions financières sera proposée par les organisations de la société civile lors du prochain G20, à Toronto.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

«Les Robins des Bois de la finance», Ivan du Roy, www.bastamag.net, 25 mai 2010

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact