Capitalisme inclusif ?

Banc Public n° 232 , Novembre 2014 , Frank FURET



Six ans après le crash financier de 2008, la croissance du monde industrialisé reste faible, le fossé entre riches et pauvres continue de se creuser, et l'éventualité d'une nouvelle  catastrophe financière n'est pas exclue. La situation est-elle de nature à inquiéter l'establishment économique international? Oui, selon Michael Sauga, du journal Der Spiegel : à  Londres, en mai 2014. quelque 250 membres de cet establishment mondial ont déploré le fait que, dans le capitalisme d'aujourd'hui, il y a trop peu pour les classes à faibles revenus.

 

Le terme de «capitalisme inclusif» devient une question pour Eric Schmidt, président de Google, ou pour Paul Polman, le PDG d'Unilever. L'ancien président américain Bill Clinton a déploré la «répartition inégale des chances», tandis que la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, critiquait les nombreux scandales financiers de ces dernières années. L'héritière de la banque du même nom, Lynn Forester de Rothschild, a déclaré, elle, être préoccupée par la question de la cohésion sociale, notant que les citoyens avaient «perdu confiance dans leurs gouvernements».

 

Lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, et à la réunion annuelle du Fonds monétaire international, banquiers et politiques  commencent à parler du terme d'«inclusion» qui se réfère à une caractéristique que les pays industrialisés occidentaux semblaient avoir oubliée : la capacité de permettre à autant de couches de la société que possible de bénéficier du progrès économique et de participer à la vie politique.

 

Lorsque le mur de Berlin est tombé, il y a 25 ans, l'ordre économique et social libéral de l'Occident semblait sur le point  de triompher. Le communisme ayant  échoué, les hommes politiques du monde entier chantaient les louanges de la dérèglementation des marchés et le politologue américain Francis Fukuyama a invoqué la «fin de l'histoire».

Aujourd'hui, l'économie américaine ne croît même plus à  la moitié du rythme observé dans les années 1990. Le Japon est devenu l'homme malade de l'Asie, et l'Europe est en train de sombrer dans une récession qui a même commencé à ralentir la machine à exporter allemande et à menacer sa prospérité.

 

Les politiciens et les chefs d'entreprise du monde entier appellent maintenant à de nouvelles initiatives de croissance, mais les arsenaux des gouvernements sont vides. Les milliards dépensés sur les paquets de relance économique, après la crise financière, ont créé des montagnes de dettes dans la plupart des pays industrialisés, et les sommes d'argent injectées dans le secteur financier n'ont pas fait pas leur chemin dans l'économie.

 

Alors que les salaires  stagnent et que les comptes d'épargne traditionnels ne cèdent presque rien, les classes aisées - ceux qui tirent l'essentiel de leurs revenus en permettant à leur argent à travailler pour eux - profitent grassement. Selon le dernier rapport de Global Wealth par le Boston Consulting Group, la richesse privée dans le monde a augmenté d'environ 15 pour cent de l'année dernière, près de deux fois plus vite que dans les 12 mois précédents.

 

Les banques, les fonds communs de placement et les entreprises d'investissement, jadis utilisés pour  transformer l'épargne des citoyens en progrès techniques, en croissance et en nouveaux emplois, organisent la redistribution de la richesse sociale du bas vers le haut. La "classe moyenne" a également été affectée négativement: depuis des années et de nombreux salariés à revenus moyens ont vu leur prospérité diminuer au lieu d'augmenter.

De ce fait, la crise du capitalisme s'est transformée en une crise de la démocratie. Beaucoup ont le sentiment que leurs pays ne sont plus régis par les parlements et les assemblées législatives, mais par les lobbyistes des banques, qui appliquent des logiques de kamikazes pour sécuriser leurs privilèges.

Même les économistes libéraux, remarque Michael Sauga, ont un profond sentiment de malaise, et certains montrent même un soupçon de rébellion : le commentateur en chef du Financial Times, Martin Wolf,  a commencé à utiliser des termes tels que «société du un pour cent» et «ploutocratie»; l'analyste en chef de la banque de New York se déclare  exaspéré par les banques;  l'économiste de Harvard Larry Katz estime, lui, que la société américaine a fini par ressembler à un immeuble déformé et instable : le penthouse au sommet devient de plus en plus gros, les niveaux inférieurs sont surpeuplés, les niveaux intermédiaires sont plein d'appartements vides et l'ascenseur a cessé de fonctionner.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

"Le système Zombie: Comment le capitalisme a déraillé", Michael Sauga, Der Spiegel, 2 novembre 2014

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact