Les affaires sont les affaires

Banc Public n° 182 , Septembre 2009 , Frank FURET



Le dernier rebondissement de l’affaire des bonus de BNP-Paribas, ont conforté Paul Jorion  dans l’idée que les gouvernements sont impuissants d’une part à cause de  l’incompétence qu’ils s’attribuent en matière financière et d’autre part à cause de la propension constante qu’ ils ont eu de placer la sphère financière en dehors de leur propre juridiction.

C’est le cas en Europe, où les gouvernements de 15 pays ont confié leurs pouvoirs en matière monétaire et réglementaire à une banque centrale supranationale, et aussi, et depuis beaucoup plus longtemps, aux Etats-Unis, où la Réserve fédérale n’a pas cessé de gagner en pouvoir au fil des années. La plupart des politiques, de la droite au centre gauche ont fait leur  l’idéologie des marchés autorégulateurs, décrétés plus efficaces que les Etats.

Des domaines de décision essentiels ont donc été retirés aux politiques et confiés à des institutions proclamées autonomes, peuplées d’économistes formés aux thèses néo-libérales de l’Ecole de Chicago. On a alors, sous prétexte d’indépendance, retiré entièrement la finance de la sphère d’influence du politique. Cela a permis aux banques centrales, en Europe comme en Amérique, de devenir des Etats dans l’Etat. La Banque Centrale Européenne a été construite sur le modèle non pas des banques centrales européennes mais sur celui de la Réserve fédérale américaine qui fut constituée en 1913 comme une confédération de banques privées. La Fed a été dotée de pouvoirs sans cesse plus importants relevant traditionnellement de la puissance publique. Ces pouvoirs ont encore été élargis récemment en réaction à la crise.
La part du revenu national des Etats-Unis captée par la sphère financière n’a  cessé d’augmenter du début des années 80 jusqu’en 2006, juste avant que n’éclate la crise des subprimes. Or cette richesse est prise quelque part : elle a son origine dans l’économie réelle. Ainsi une spéculation massive à la hausse  génère des profits pour les banques et leurs investisseurs et une perte de pouvoir d’achat pour les consommateurs. Et lorsqu’il s’agit d’une spéculation à la baisse, ce sont les pays producteurs qui en font les frais.
Pour Paul Jorion ,il faut d’urgence interdire aux banques de s’écarter de leur métier d’origine : l’intermédiation entre épargnants et investisseurs qui constitue un rouage économique indispensable. Réserver les marchés financiers à ceux qui en ont besoin au titre d’une assurance et interdire leur accès aux intervenants qui n’y viennent que pour parier sur les fluctuations de prix.

Cette séparation de  la banque de crédit de la banque d’investissement était en vigueur jusqu’à la présidence de Bill Clinton, grâce au Glass-Steagall Act mis en place durant le New Deal de Roosevelt. Lorsque la crise des subprimes est survenue, la presse entière préconisait le retour à cette mesure. Depuis, on n’en entend plus parler. Pour Jorion, face à un candidat McCain très monté contre Wall Street, la classe financière  a massivement soutenu Obama. Lorsqu’il a constitué son équipe, le nouveau président a choisi comme principal conseiller économique, Larry Summers, l’homme qui sous Clinton avait supprimé le Glass-Steagall Act.
D’une certaine manière le monde est resté dans la continuité de l’histoire américaine: depuis l’affrontement Jefferson-Hamilton, à la fin du 18è siècle, il semble acquis que les milieux d’affaires dominent la politique des Etats-Unis, aussi bien extérieure qu’intérieure. On ne connaît qu’une seule exception : la période 1933-1941, sous Franklin Roosevelt.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

« Pourquoi les pouvoirs publics américains ne peuvent-ils pas s’imposer à la finance aujourd’hui ? » Paul Jorion, 14 août 2009

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact