Prends l’oseille et tire-toi…

Banc Public n° 181 , Juin 2009 , Frank FURET



Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie en 2001, vice-président de la Banque mondiale de 1997 à 2000, en a démissionné en critiquant ce qu'il appelait « les fondamentalistes du marché ». En 2003, il publiait l'essai « Quand le capitalisme perd la tête ». En 2007, l'étude « Irak. Une guerre à 3000 milliards de dollars »..
Interrogé sur la crise qui a dévasté la planète financière Joseph Stiglitz  ne cachait pas sa colère contre les dirigeants des grands organismes bancaires qui engrangeaient d'énormes dividendes grâce au plan de sauvetage de l'Etat américain.

Les organismes de crédit et banques ont trompé les gens sur leurs biens, jouant sur leur espoir de s'enrichir. Et la titrisation a permis la diversification de la prise de risque dans le monde entier.
En d'autre termes, des financiers douteux ont commencé de vendre des crédits douteux au monde entier, en vertu du principe selon lequel “il y a un pigeon qui se lève tous les matins”. Ces “pigeons”, ils les ont trouvés partout, la mondialisation ayant ouvert des perspectives entièrement nouvelles pour détecter des victimes ignorantes. Ils en ont trouvé beaucoup dans le domaine des prêts hypothécaires, surtout en Europe, où les pertes des “golden boys” de l'immobilier ont été encore plus grandes qu'en Amérique.
Et la banque Lehman Brothers, fleuron de Wall Street, qui avait acheté un nombre considérable de ces prêts hypothécaires “pourris”, s'est aussitôt retrouvée particulièrement exposée. Il faut dire que beaucoup d'autres gens étaient impliqués dans la combine.
Les agences de notation financière se faisaient payer par ceux-là même qui émettaient ces produits compliqués devenus si peu transparents et résultant de tant de trucages comptables que  ceux qui les possédaient au final ne comprenaient plus comment ils avaient été valorisés.
Pour Stiglitz, le gouvernement devrait demander des comptes aux dirigeants financiers, mais, impossible de le leur reprendre le salaire extraordinaire et les primes touchées par ceux qui ont plongé le monde dans cette crise très grave. Aucune clause de leur contrat ne précise que s'ils occasionnaient des pertes colossales en 2008 et 2009, ils auraient à rembourser quelque chose. Ils ont agi au plus haut niveau d'incompétence, s'enrichissant personnellement, mais d'un point de vue juridique, cela n'équivaut même  pas à une tentative de fraude. La plupart d'entre eux s'en sortiront très bien. Certains osent même se plaindre : ils auraient souhaité un  plan de sauvetage plus avantageux ou auraient souhaité que leurs stocks d’actions reste surévalués…
En attendant, 3 millions d'Américains ont déjà perdu leur maison, et on estime que 2 millions encore vont se retrouver à la rue, en ayant perdu toutes leurs économies

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Joseph Stiglitz et cette finance qui nous pigeonne
Tribune eco89, 25 mai 2009

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact