Un renard à la garde du poulailler?

Banc Public n° 176 , Janvier 2009 , Frank FURET



Aux USA, les démocrates reprochent au gouvernement Bush la débâcle financière d’octobre. Barack Obama a promis d'établir un programme politique tout autre, qui servira les intérêts du commun des mortels.

Mais le gouvernement Clinton a notoirement contribué au développe­ment de cette politique de cupidité et d'irresponsabilité tant décriée par le nouveau président des USA.
Le Financial Services Modernization Act (FSMA ou loi de modernisation des services financiers) de 1999 a incité à abroger le Glass-Steagall Act de 1933. Le Glass-Steagall Act, pilier du «New Deal» du président Roosevelt, avait été  instaurée en réponse au climat de corruption, de manipulation financière et de «délit d’initié» qui mena à la faillite de plus de 5.000 banques dans les années qui suivirent le krach de Wall Street en 1929. Dans le cadre du Financial Services Modernization Act de 1999, le contrôle effectif de l’ensemble du secteur des services financiers des États-Unis (incluant les compagnies d’assurance, les fonds de pension, les titres, etc.) a été cédé à une poignée de conglomérats financiers et à leurs associés, les fonds spéculatifs (hedge funds).

Pendant que les médias bêtasses n’en finissent pas de commémorer l’élec­tion d’un «homme de couleur»  à la maison blanche, Obama a choisi Timothy Geithner, ancien fonction­naire des Finances du gouvernement Clinton, comme secrétaire au Trésor: celui-ci est directeur général de la Banque de la Réserve fédérale de New York (FRBNY), la plus puissante institution financière privée d’Améri­que, qui joue un rôle crucial en coulisses dans la mise au point de la politique financière. Geithner a travaillé pour Kissinger Associates et fut aussi en poste au FMI. Il agit pour le compte de puissants financiers derrière la FRBNY.

Geithner a été sous-secrétaire au Trésor chargé des Affaires internatio­nales entre 1998 et 2001, adjoint successivement de Robert Rubin (qui a imposé avec le FMI un traitement de choc  aggravant les crises survenues en Asie du Sud-Est en 1997-98, puis en Russie et en Amérique latine en 1999) et de Lawrence Summers (qui avait joué à l'époque un rôle clef dans le lobbying au Congrès pour l’abrogation du Glass Steagall Act), qui sont ses mentors: autant de symboles des ravages de l’ultralibéralisme, qui a connu de graves crises durant cette période. Les mesures préconisées par ce trio ont fait payer le coût de la crise aux populations de ces pays. Va-t-il continuer à soutenir les grandes institutions financières privées et les politiques économiques néo-libérales qu’il a toujours défendues avec véhémence, ou va-t-il contribuer à «dompter  Wall Street» et à «neutraliser les marchés financiers» comme Barack Obama l’a promis ?

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Untitled document

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact