Nihil nove sub sole

Banc Public n° 122 , Septembre 2003 , Catherine VAN NYPELSEER



Fonction publique

La nouvelle ministre fédérale de la fonction publique veut virer «Copernic» après que le gouvernement précédent ait recasé son plus fidèle supporter, mentor et ex-ministre Luc Van den Bossche, muni d'un bon parachute, dans le parastatal mixte BIAC qui gère l'aéroport de Zaventem... choisi sans doute parce que la procédure pour la nomination du nouveau directeur de l'Observatoire royal de Belgique (situé avenue Circulaire) n'avait pu être menée à son terme sous la précédente législature?

Ejecté par sa ministre le mardi, Copernic revenait déjà le vendredi via le chef du gouvernement Guy Verhofstadt, bien dans son rôle d'arbitre entre les sensibilités différentes sur cette question au Nord et au Sud du pays, mais peut-être également dans celui du «macho» bleu de service, nous rappelant les tristes péripéties de la législatures précédente avec les ministres Ecolo Olivier Deleuze et Isabelle Durant traités comme des carpettes à qui l'on retirait des compétences dès qu'une divergence de vues surgissait.
Espérons que la nouvelle ministre Marie Arena ne tendra pas la joue gauche mais au contraire tentera d'élaborer un projet de réforme et de modernisation de la fonction publique murement réfléchi en s'entourant de l'expertise nécessaire, une des erreurs commises par le parti Ecolo bien avant d'accéder au pouvoir étant d'avoir méprisé et écarté de ses instances les personnes qui avaient la compétence nécessaire pour élaborer des projets suffisamment crédibles pour pouvoir être imposés dans un système de coalition, que ce soit en matière d'environnement, de transports ou de fonction publique.


Foulard

A la Communauté française, c'est la question du foulard qui revient pour la n-ième fois à la une de l'actualité. Sous un souci louable d'égalité entre enfants de différents milieux et des deux sexes perce parfois la suffisance des anciens anticléricaux reconvertis faute de combattants en contempteurs de la religion islamique.

S'il est vrai que dans certains cas ce foulard imposé par la famille symbolise la sujétion horrible dans laquelle certaines filles sont maintenues, il faut tout de même garder présent à l'esprit que nous respectons au contraire les religieuses catholiques coiffées d'accessoires similaires. Parce qu'elle s'adresse à des enfants, l'école se permet d'imposer des normes que l'Etat n'impose pas aux femmes adultes, puisque, comme le confirmait encore ce samedi notre ex-ministre de l'Intérieur Antoine Duquesne à la RTBF-radio, le port du foulard «islamique» est admis pour les photos des cartes d'identité.

Bien sûr, le foulard cachant seulement les cheveux est à distinguer de la «bourka» et autres sacs similaires cachant entièrement la tête de la femme qui doit le porter, lui laissant seulement une fente pour les yeux ou un grillage lui permettant de respirer. Il s'agit là de masques dont une société a le droit d'interdire le port dans les lieux publics, même si un effet pervers collatéral de cette interdiction est de confiner à la maison celles auxquelles leur milieu impose cet étouffoir.

Baccalauréat

Un débat beaucoup plus intéressant mais moins médiatisable en images est celui de l'organisation d'un baccalauréat en fin d'études secondaires: organisée avec sérieux, une telle épreuve identique pour tous les élèves mettrait ceux-ci face à une vérification objective de leurs savoirs et de leurs compétences, les distrayant du huis-clos de leur relation particulière avec tel ou tel enseignant, ou de la réputation acquise au sein de leur établissement scolaire.
Elle permettrait également un contrôle public de la vérification de connaissances donnant accès au diplôme de fin d'études secondaires, notamment de la pertinence des questions et problèmes posés par rapport aux besoins pour sa vie en société de l' «honnête humain» du début du 21e siècle.


Américains

Rien de nouveau sous le soleil: les Américains détiennent toujours la Vérité et s'engagent comme un seul homme pour aller casser la gueule aux méchants. Ce pays nouveau n'a toujours pas la conscience historique de ses actes ni de la façon dont ils sont perçus par le reste du monde.

Après avoir renversé un régime de gauche démocratiquement élu au Chili pour y placer un fantoche sanglant gérant sa petite dictature au mieux de leurs intérêts économiques (notamment miniers), ils avaient complètement dérapé dans leur combat contre le peuple vietnamien, notamment en utilisant des armes chimiques, les fameux défoliants censés exclusivement priver les combattants ennemis de l'abri des feuilles de la jungle qui les cachait, mais qui provoquent encore actuellement des malformations chez les populations vivant dans les régions contaminées.

Trente ans plus tard, il ne leur faut plus établir mais éjecter un dictateur, et c'est lui cette fois qui détient les méchantes «armes de destruction massive», mais c'est toujours pour défendre leurs propres intérêts économiques (notamment pétroliers) qu'ils vont au combat. Comme si les justifications exprimées à l'entrée en guerre n'étaient qu'un blabla médiatique dénué de sens, destiné seulement à convaincre leur population de fournir des combattants, et les autres pays d'assister et d'applaudir au match... ni plus ni moins important que la musique dans un vidéogame géostratégique planétaire.

Conclusion

Tout recommence donc, avec peu de variations... A part la planète Mars qui n'avait jamais été aussi près de la Terre depuis des millénaires, mais qui reviendra dans quelques dizaines de milliers d'années!
Seule une évolution de plus de pays vers plus de démocratie peut faire changer le cours des choses: car quand les populations civiles ont réellement quelque chose à dire, quand elles peuvent décider en l'absence de toute manipulation de leurs sentiments collectifs, elles ne choisissent pas la guerre, les morts, les mutilés, la souffrance, la misère. Il est vrai que l'on doit parfois combattre par les armes certaines dictatures, comme on intervient dans la vie privée d'une famille lorsque l'un de ses membres court un danger physique immédiat. Mais ce qui a permis à la dictature de s'établir et de se maintenir, c'est qu'un partie de la population du pays affecté a accepté la représentation politique globalisante qu'on lui proposait d'une autre partie de la population: tous paresseux, fanatiques, dominateurs...

A Bruxelles, le métier de ferronnier (capable de réparer un balcon, un auvent, etc.) se perd. Les entrepreneurs existants ne trouvent soi-disant pas de jeunes pour prendre la relève. Mais certains préfèrent laisser leur affaire, souvent familiale, s'éteindre lentement plutôt que de travailler avec des «étrangers». «Et je ne parle pas des Espagnols ou des Portuguais, n'est-ce-pas Madame». Pourquoi? Parce qu' «on» paye déjà assez pour «ces gens-là», me dit cet entrepreneur qui ne paraissait pourtant pas plus bête ou méchant qu'un autre. Ensuite, on s'étonnera qu'il y ait beaucoup d'étrangers au chômage, que des jeunes traînent dans les rues et que certains fassent des «conneries»...

Bonne rentrée !


Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

Untitled document

 
     

     
 
Belgique

Chers Lecteurs,
IN MEMORIAM Jean-Louis VAN NYPELSEER* 1921-2019
MR..de ?
"NOS GLOIRES" :chromos et légendes*
Les chemins sinueux de la propagande
CONGO: la triste histoire de l'E.I.C.
UNE AUTRE HISTOIRE DU CONGO
LA VRAIE SIXIEME REFORME DE L’ETAT
NOUS CITOYENS
FINANCES PUBLIQUES Le vieillissement de la population, incitant pour une meilleure gestion
LA RÉFORME DE L’ARRONDISSEMENT JUDICIAIRE DE BRUXELLES
« Bruxelles… renouvelle »
Jacques Julliard et le déclin démocratique
Fiscalité : histoire et perspectives…
Réduction des cotisations à la sécurité sociale
Annie Cordy
Le FMI et les Belges
Ceci n’est pas une Belgique , peut-être?
ELECTIONS, PAPILLONS…
Edito Février 2005
Vlaams Belang?
Le fritisme
Démocratie ou particratie (suite)
Edito janvier 2004
Démocratie ou particratie?
Edito: le procès Cools
Edito novembre 2003
Nihil obstat ?
Fanfares, spécialistes, et démocratie
Nihil nove sub sole
Politique belge
Edito septembre 2002
La poste doit-elle distribuer les tracts du Vlaams Blok?
LES BELGES,VUS PAR DIDIER PAVY
Edito, mai 1999
INFORMATISATION DES ELECTIONS:UN COUP D'ETAT VIRTUEL
HOMMAGE A JACQUES COX
LETTRE DE LUCIENNE COX
Masques, lettres et petits ecrets
BELGIQUE, TOUJOURS?
NEW YORK SUR SENNE Au sujet des soi-disant «émeutes» à Saint-Josse
EDITO JUIN 1998
AFFAIRE DUTROUX: Interview de Nathalie Gallant
DU DEVOIR DE RESERVE
EFFICASSE
SEMAINE DU BLANC
EXERCICE IMPOSE
BREVES MULTICOLORES
UN PRIX EXEMPLAIRE ET PARADOXAL
L'APPLICATION DE LA LOI
EN VOOR DE VLAMINGEN IS HET NIET HET ZELFDE?
L'IMAGE D'UNE VILLE
Wallons-nous, réponse de José Fontaine
Wallons nous?
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact