Chers Lecteurs,

Banc Public n° 277 , Avril 2019 , Catherine VAN NYPELSEER



Votre Diagnostic d'avril 2019 ne comprenait pas son supplément jaune, mais bien un "in memoriam" du Docteur Jean-Louis Van Nypelseer (1921-2019). Il s'agissait en fait du texte lu aux obsèques.

 

Il n'est pas d'usage de soumettre ce type d'énoncé à une censure préalable; la formulation elliptique choisie s'est révélée ambigüe et il a été convenu d'une mise au point dans la parution suivante, le Diagnostic de mai, que vous tenez en mains:

- concernant le "recteur qui ne croyait pas à la psychanalyse (ni à la psychologie)", dans une phrase où il était question du Cercle du Libre examen, il s'agit bien sûr d'un recteur de l'Université Libre de Bruxelles (ULB).

L'époque de "l'éjection" de mon père de l'ULB se situe après le décès inopiné du professeur André OMBREDANE, français nommé en 1948 professeur de psychologie à l'ULB, qui dirigeait à ce titre le "Service de guidance", ancêtre de PsyCampus, donc après le 19 septembre 1958.

Quelques jours avant ma naissance, il fallait trouver un professeur pour reprendre la direction de ce service intégré à l'ULB. Assistant pour le cours de Psychologie depuis mars 1949, mon père aurait pu satisfaire aux conditions pour être nommé à ce poste s'il avait réussi à rédiger sa "thèse universitaire"; d'après son épouse de "l'époque", Lucienne COX, il en fut incapable, envisageant toutes les objections possibles à chaque formulation qu'il couchait sur le papier.

Elle nous demande de préciser que le "recteur qui ne croyait pas à la psychanalyse (ni à la psychologie)" n'était pas son père Jacques COX, recteur de 1944 à 1947, élu à l'unanimité après avoir prononcé un discours décisif lors de la séance du Conseil d'administration de l'ULB de novembre 1941 qui décida de sa fermeture pendant la guerre en réponse à la mainmise des Allemands nazis sur le corps professoral ("Hommage à Jacques Cox", BP n°78 d'avril 1999).

- Quant à "l'éjection" du Docteur Jean-Louis Van Nypelseer de l'ULB, c'est un ressenti personnel basé sur des conversations avec mes parents; dans les faits, il ne pouvait donc être nommé professeur et avait atteint une limite en terme de nombre d'années d'assistant sans thèse; une partie du corps professoral était hostile à la nouvelle discipline que constituait la psychologie, émergeant dans le cadre du cursus de philosophie; une plainte au recteur de la mère d'un étudiant patient du Service de guidance a joué un rôle défavorable; ce service décapité par le décès du professeur OMBREDANE fut ensuite privé de son financement et donc de salaire pour les personnes qui y travaillaient. Père de 3 enfants à l'époque, sans fortune personnelle, Jean-Louis VAN NYPELSEER décida alors, à l'issue de la période à cheval sur deux rectorats aboutissant à cette décision, après +/- 1 mois de réflexion, de quitter l'ULB et de créer son propre cabinet privé de médecin psychiatre-psychanalyste; il était membre effectif de l'association des psychanalystes de Belgique depuis le 21 janvier 1949.

Cette histoire "privée" touche indirectement beaucoup de personnes pour qui notre père était important: tous ses anciens patients d'une carrière de près de 70 ans, où la personnalité du thérapeute est centrale, ses collègues psychanalystes (on y reviendra dans une prochaine parution), les admirateurs de Jean-Paul SARTRE qui avait eu le génie de publier son nom dans la revue qu'il dirigeait, avec la phrase "Lulu, appelle la police", où l'histoire familiale et l'Histoire des idées se rejoignent…

Catherine VAN NYPELSEER

     
 

Biblio, sources...

 
     

     
 
Belgique

Chers Lecteurs,
IN MEMORIAM Jean-Louis VAN NYPELSEER* 1921-2019
MR..de ?
"NOS GLOIRES" :chromos et légendes*
Les chemins sinueux de la propagande
CONGO: la triste histoire de l'E.I.C.
UNE AUTRE HISTOIRE DU CONGO
LA VRAIE SIXIEME REFORME DE L’ETAT
NOUS CITOYENS
FINANCES PUBLIQUES Le vieillissement de la population, incitant pour une meilleure gestion
LA RÉFORME DE L’ARRONDISSEMENT JUDICIAIRE DE BRUXELLES
« Bruxelles… renouvelle »
Jacques Julliard et le déclin démocratique
Fiscalité : histoire et perspectives…
Réduction des cotisations à la sécurité sociale
Annie Cordy
Le FMI et les Belges
Ceci n’est pas une Belgique , peut-être?
ELECTIONS, PAPILLONS…
Edito Février 2005
Vlaams Belang?
Le fritisme
Démocratie ou particratie (suite)
Edito janvier 2004
Démocratie ou particratie?
Edito: le procès Cools
Edito novembre 2003
Nihil obstat ?
Fanfares, spécialistes, et démocratie
Nihil nove sub sole
Politique belge
Edito septembre 2002
La poste doit-elle distribuer les tracts du Vlaams Blok?
LES BELGES,VUS PAR DIDIER PAVY
Edito, mai 1999
INFORMATISATION DES ELECTIONS:UN COUP D'ETAT VIRTUEL
HOMMAGE A JACQUES COX
LETTRE DE LUCIENNE COX
Masques, lettres et petits ecrets
BELGIQUE, TOUJOURS?
NEW YORK SUR SENNE Au sujet des soi-disant «émeutes» à Saint-Josse
EDITO JUIN 1998
AFFAIRE DUTROUX: Interview de Nathalie Gallant
DU DEVOIR DE RESERVE
EFFICASSE
SEMAINE DU BLANC
EXERCICE IMPOSE
BREVES MULTICOLORES
UN PRIX EXEMPLAIRE ET PARADOXAL
L'APPLICATION DE LA LOI
EN VOOR DE VLAMINGEN IS HET NIET HET ZELFDE?
L'IMAGE D'UNE VILLE
Wallons-nous, réponse de José Fontaine
Wallons nous?
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact