Moralisation du capitalisme: il reste du travail...

Banc Public n° 196 , Janvier 2011 , Frank FURET



La croissance spectaculaire de l’immigration et la baisse continue de l’aide des pays développés a eu un corollaire: chaque année, dans le monde entier, des travailleurs envoient des fonds à leurs familles; ces fonds représentent une bouée de sauvetage vitale pour les économies les plus pauvres, qui sert à assurer le quotidien des familles et populations restées sur place (riz, médicaments, frais de scolarité, bois, factures d’électricité, frigo, vêtements, participations aux fêtes religieuses et de village, mais aussi projets collectifs comme motopompes pour l’irrigation, bureau de poste, château d’eau, dispensaire médical, rénovation de l’école, coopérative alimentaire... et plus encore: participation à côté de l’Etat au projet, par exemple  de construction d’une route pour désenclaver un village pendant la saison des pluies...).


Les flux, selon les calculs de la Banque mondiale, ont progressé de 50% en cinq ans, pour atteindre, à l’échelle de la planète, 93 milliards de dollars en 2010, l’argent de la main à la main n’étant pas ici pris en compte: selon certains experts, il faudrait gonfler de moitié les statistiques officielles pour s’approcher de la réalité.

Mais 20% des sommes transférées sont prélevés par les organismes financiers qui en assurent le transfert. Concrètement, c’est la société Western Union qui assure ces transferts financiers: 195.000 agents dans le monde, et 81 millions de transactions, un chiffre qui a doublé en trois ans et une efficacité redoutable: l’argent est viré d’un point à l’autre de la planète en un quart d’heure, en toute sécurité.

La Banque mondiale recommande une limite de 5% du montant transféré pour les frais appliqués par les sociétés de transfert d'argent, mais certains banques et entreprises ont des frais cachés astronomiques. Les pays les plus dépendants de l'aide au sortir d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle, subissent les pertes les plus grandes et les plus choquantes, en raison des privilèges monopolistiques et accords exclusifs conclus par les entreprises de transfert d'argent avec les banques locales.

Réduire ce coût de 5% pourrait générer une économie de 3,5 milliards de dollars pour les travailleurs, a calculé la Banque Mondiale. La réduction de ce profit engrangé par des entreprises comme Western Union permettrait d'accroître considérablement ce flux d'aide dans les pays en développement. Au lieu de cela, des familles du monde entier ont reçu beaucoup moins que ce qui leur revenait. L'entreprise finance bien des projets humanitaires pour améliorer son image – mais cela ne cache en rien l'inéquité fondamentale que leur modèle économique perpétue. Le PDG de Western Union a empoché 8,1 millions de dollars en 2009.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Remittance Prices Worldwide Initiative de la Banque mondiale sur la transparence des coûts du transfert d'argent

A qui profite les transferts de fond des travailleurs immigrés Joël Perier (CSDPTT Ile de France)

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact