Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités

Banc Public n° 197 , Février 2011 , Frank FURET



Paul Krugman écrivait en 2007 que le commerce international ne pouvait plus être considéré comme innocent dans l’accroissement des inégalités dans nos sociétés occidentales. La Chine et l’Inde, aux salaires relatifs infiniment plus faibles que ceux constatés au Japon dans les années 1970, ont acquis un poids conséquent dans l’économie mondiale.

 

Dans le même temps, les délocalisations induisent également une divergence des salaires. L’existence de perdants (en termes de salaires ou de chômage transitoire) est un fait avéré depuis longtemps déjà. Seulement, dans la mesure où la majeure partie de la population  bénéficiait du commerce avec les  pays à bas salaires, sa remise en cause n’était pas à l’ordre du jour.

Pourtant, si les perdants se multipliaient, une défense systématique du libre-échange serait-elle encore possible? Bien que les récentes études attribuent un rôle croissant aux échanges internationaux dans le creusement des inégalités, elles attestent que le progrès technique reste de très loin le premier coupable. Une autre tendance doit aussi être prise en compte: la révolution des technologies de l’information et de la communication a eu comme conséquence d’étendre toujours plus le champ de ce qui est productible à l’étranger, notamment dans le secteur des services.

Ce qui était auparavant potentiellement échangeable se résumait avant tout à ce qu’on pouvait déposer dans une boîte et faire acheminer par bateau. Cette définition est  devenue désuète: actuellement des radiologues indiens diagnostiquent des radiographies envoyées électroniquement par des hôpitaux américains. Il est désormais possible d’imaginer une entreprise qui non seulement délocaliserait ses fabriques en Chine et ses call centers au Maghreb, mais aussi son back-office administratif, voir même son département juridique et fiscal en Inde.

Les  seuls emplois non délocalisables seraient donc ceux dont la production n’est pas livrable électroniquement et ceux nécessitant un contact humain. La menace des délocalisations pourrait donc, à moyen terme, s’étendre aux emplois qualifiés.  Les inquiétudes vis-à-vis de la mondialisation risquent dès lors de grandir. En effet, ce sont de grandes fractions de la population qui pourraient être menacées de déplacements sectoriels. La demande de protection pourrait parallèlement s’accroître. Les Etats seront amenés à proposer des réponses crédibles. Parmi celles-ci, nul doute que les sirènes du protectionnisme pourraient se faire toujours plus obsédantes.

 

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

 

«Il faut mettre les banques sous tutelle» Zineb Dryef et Pascal Riché, Rue89, 17 janvier 2011

 
     

     
 
Corporation financière

Capitalisme inclusif ?
Existe-t-il une tête au système financier mondial ?
Le piège de la dette
Un système enrayé
La complainte des banquiers et ses relais médiatiques
Le cas islandais
Des communes françaises attaquent banques et marchés financiers
Nationalisation en Argentine
Du sang et des larmes...
Vers une féodalité par l’argent ?
Un diagnostic à revoir ?
Du côté de la BCE
Commerce de la propagande...
Ce qui est bon pour Goldman Sachs…
La dette triplement illégitime ?
Taxe Tobin en Europe
Dépendances…
Théorie de la vaccine
Réflexion
270.000 citoyens poursuivent Monsanto en justice
Enjeux de la création de la monnaie
Délocalisations, mondialisation, libre échange, technologies et inégalités
Moralisation du capitalisme: il reste du travail...
La remontée prochaine des taux d’intérêts bouleversera notre niveau de vie
Foreclosure gate
Vers une très grande panne du système économique et financier mondial ?
La neutralité discutable des agences de notations
Europe, champ de bataille ?
Travail / Capital
Taxe Robin
Référendum en Islande
Quelques messieurs trop tranquilles…
Les affaires sont les affaires
Prends l’oseille et tire-toi…
Les conseils du LEAP
Nationalisation des banques
Un peu d'histoire
Fortis: nous sommes fiers de vous emmener plus loin…
Banques stupéfiées
Corruption passive ?
Un renard à la garde du poulailler?
Ca plane pour eux
Les affaires sont les affaires(8): Par ici la monnaie
Un autre monde est possible
La nouvelle économie
L'ECONOMIE-DOMINOS
Dettes
CETTE CRISE QUI NOUS VIENT D'ASIE
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact