Les banques US aiment l'Union européenne

Banc Public n° 245 , Février 2016 , Frank FURET



De grandes banques américaines, dont le siège européen est à Londres, financent la campagne contre la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. Goldman Sachs, la plus influente banque au monde, a donné des centaines de milliers de livres à "Britain Stronger in Europe" ("La Grande-Bretagne plus forte en Europe"), une campagne lancée en octobre dernier par l'homme d'affaires et ancien patron de Marks and Spencer Stuart Rose, en vue du référendum sur le maintien ou non dans l’UE promis par le Premier ministre David Cameron d'ici à la fin de 2017.

 

 

JPMorgan Chase, première banque américaine en termes d'actifs, Bank of America et Morgan Stanley devraient lui emboîter le pas. Citigroup est la seule qui devrait s'abstenir. En attendant que soient fixées les règles de ce référendum, la loi locale n'interdit pas aux multinationales de faire des dons.

 

L'enjeu est important parce qu’être présent à la City permet aux grandes banques américaines de profiter des avantages octroyés par des accords passés entre Londres et Bruxelles. Elles exercent notamment  leurs activités dans les autres pays membres de l'UE sans avoir à demander de licence spécifique, ce qui ne serait vraisemblablement plus le cas s'il y avait un "Brexit" (contraction de "Britain" et "exit" qui fait référence à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne) : le Brexit risquerait de fermer aux banques américaines les portes de l'Union, un marché de 500 millions de personnes ; elles devraient notamment, selon certains, renégocier chaque crédit accordé, une grande majorité de tous les contrats de produits financiers (CDS, dérivés). Les opérations de compensation en euros peuvent aujourd'hui se faire à Londres car le pays fait partie de l'UE, même s'il n'a pas adopté la monnaie unique européenne. Ces grandes banques devraient aussi rendre des comptes à un régulateur supplémentaire, la Banque centrale européenne (BCE), réputé moins accommodant.

Au-delà des banques, les milieux d'affaires sont dans l'ensemble favorables au maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Fin 2013, le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, avait prévenu que le groupe automobile "reconsidérerait sa stratégie et ses investissements" en cas de "Brexit".

 

Pour convaincre ses concitoyens du bien-fondé de rester dans l'Union, le Premier ministre David Cameron a demandé à ses partenaires de l'UE des réformes que ceux-ci sont en train d'examiner.

 

Selon le journal « The Guardian », les deux camps du «oui» comme du «non» seraient en mesure de dépenser près de 7 millions de livres (9 millions d'euros) pour leur campagne respective.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

UE: les grandes banques américaines en campagne contre le "Brexit",  Luc OLINGA,  fr24, 24 janvier 2016

Goldman Sachs débourse une véritable fortune pour que le Royaume-Uni reste dans l'UE, RT , 21 janvier 2016,

 
     

     
 
Europe

Elections présidentielles en France: un produit bien marketé
TTIP
Islande
Les banques US aiment l'Union européenne
Le Portugal, la troïka et la démocratie...
Le TTIP (The Transatlantic Trade and Investment Partnership)
Réunion du groupe Bilderberg
Lobbying et Europe
Fascisme mou et raison délirante?
Fairphone
La poussée de Podemos
Mouvance de l'opinion française...
Europe et monde du travail
LE DROIT DE RESISTANCE A L’OPPRESSION ET LA GRECE
L'optimisme à l'honneur...
TSCG:  un coup d'Etat bureaucratique ?
C’EST DIT
Le grand marché transatlantique
La propagande se modernise
Europe et privatisation de l'eau
Les analyses dérangeantes de Maurice Allais
Par ici la monnaie...
Modèle allemand?
Un peu d'histoire
Conflit d’intérêts ?
Libre-circulation des capitaux en Europe
L'Europe qui protège
Pas de taxe européenne sur les transactions financières
Grand marché transatlantique
La Hongrie défie le FMI
Appel pour un «Greenpeace de la finance» de la part de députés européens
Mauvaise Grèce...
Les marchands d’OGM attaquent
Un traité au dessus de tout soupçon
Constitution Européenne: un chat dans un sac ?
Les origines de l'Europe au Moyen-Âge
Europe et privatisations: frénésies, propagandes, réalités...
Europe,enseignement et recherche: Vers une main mise du secteur privé?
Europe: les interstices du centrosome
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact