TTIP

Banc Public n° 248 , Mai 2016 , Frank FURET



Les révélations de Greenpeace sur le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), en négociation entre Bruxelles et Washington,  confirment que cette machine sert à affaiblir  les Etats, mais surtout, selon Benito Perez, que l'UE est bel et bien le moteur des discussions avec les états-Unis  et qu'elle ne  défend à aucun moment ses législations qualitatives, sociales, sanitaires et environnementales.

 

Côté européen, l’objectif est d’ouvrir les marchés publics étasuniens à ses transnationales. En face, les Etats-Unis tentent, eux, de profiter du marasme conjoncturel européen, pour imposer leurs standards et faire table rase des régulations locales contre quelques ouvertures bien calculées. Le social-démocrate allemand Sigmar Gabriel, déclarait il y a peu : le TTIP c’est: «Achetez américain!» et « Privatisez européen!»

Rien sur les consommateurs, les travailleurs et  l’environnement dans cette bataille transnationale ; les protections sont, pour Perez,  systématiquement calées sur le plus bas niveau et les choix démocratiques, subordonnés à l’expertise des grandes entreprises et aux impératifs de la concurrence.

Le principe constitutionnel de précaution, que la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström affirmait défendre face aux négociateurs étasuniens,  n’apparaît même sur aucun document officiel : c’est plutôt  son interdiction qui est en gestation, puisque le TTIP prévoit d’imposer au candidat régulateur de prouver scientifiquement ses craintes avant de pouvoir légiférer.

«Protection» des investissements, tribunaux d’exception, OGM libéralisés, géants d’Internet tout-puissants... la Süddeutsche Zeitung, qui a pu consulter les documents en primeur, résume ses analyses de ce froid constat: «La réalité des négociations surpasse les pires pressentiments».

 

Les textes actuels donnent surtout un pouvoir d’ingérence interpellant aux grandes entreprises sous couvert de ce chantage à la croissance et à l’emploi. On peut entendre ces craintes, de ne pas être naïf sur la nécessité de mieux appréhender la mondialisation, et comprendre l’intérêt de ne pas arriver en ordre dispersé face à la toute-puissance asiatique, mais de là à ce que les grandes entreprises puissent s’opposer à des décisions qui nuisent trop ostensiblement à leurs intérêts, il y a un pas que nos politiques ne peuvent pas franchir sans en référer aux populations.

 

Le TTIP tourne le dos au  débat démocratique par  manque de transparence des discussions.  Et donne l'’impression que l’intérêt particulier prime l’intérêt général.

Pour l’eurodéputé PS Marc Tarabella,  le secteur agricole européen serait le grand perdant de cet échange et  les Européens pourraient même subir des effets négatifs en cas d’accord et  les Européens n’auraient pas grand-chose à y gagner.

 

Les gains financiers pour les USA seraient incroyablement plus grands que pour les Européens. Ainsi,  l’abolition des droits de douane, rapporterait 5,5 milliards de dollars aux Etats-Unis, là où l’Union européenne ne gagnerait que 800 millions. Concernant la suppression des mesures non tarifaires,  les USA gagneraient 10 milliards de dollars,  l’Union européenne seulement 2 milliards.

 

 

 

 

L'ex-Premier ministre français et candidat à la primaire de la droite en vue de 2017, François Fillon, estime qu'il faut arrêter de discuter ; les Etats-Unis exerceraient sur l'Europe une tutelle économique et financière qui deviendrait insupportable.

Frank FURET

     
 

Biblio, sources...

Un rapport américain sur le TTIP est "sans appel": "Les Européens n’ont pas grand-chose à gagner", Benito Perez, Le Courrier,  22 décembre 2015

 

 

La France vers l’abandon des négociations sur le TTIP? « C'est une situation qui devrait conduire les Etats européens à se rebeller », RTLinfo, 3 mai 2016

 
     

     
 
Europe

Elections présidentielles en France: un produit bien marketé
TTIP
Islande
Les banques US aiment l'Union européenne
Le Portugal, la troïka et la démocratie...
Le TTIP (The Transatlantic Trade and Investment Partnership)
Réunion du groupe Bilderberg
Lobbying et Europe
Fascisme mou et raison délirante?
Fairphone
La poussée de Podemos
Mouvance de l'opinion française...
Europe et monde du travail
LE DROIT DE RESISTANCE A L’OPPRESSION ET LA GRECE
L'optimisme à l'honneur...
TSCG:  un coup d'Etat bureaucratique ?
C’EST DIT
Le grand marché transatlantique
La propagande se modernise
Europe et privatisation de l'eau
Les analyses dérangeantes de Maurice Allais
Par ici la monnaie...
Modèle allemand?
Un peu d'histoire
Conflit d’intérêts ?
Libre-circulation des capitaux en Europe
L'Europe qui protège
Pas de taxe européenne sur les transactions financières
Grand marché transatlantique
La Hongrie défie le FMI
Appel pour un «Greenpeace de la finance» de la part de députés européens
Mauvaise Grèce...
Les marchands d’OGM attaquent
Un traité au dessus de tout soupçon
Constitution Européenne: un chat dans un sac ?
Les origines de l'Europe au Moyen-Âge
Europe et privatisations: frénésies, propagandes, réalités...
Europe,enseignement et recherche: Vers une main mise du secteur privé?
Europe: les interstices du centrosome
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact