Adrian Zenz et la démographie ouïghoure

Banc Public n° 291 , Mai 2021 , Frank Furet



Adrian Zenz, un anthropologue allemand travaillant aux Etats-Unis, a été, en février 2018, un des premiers chercheurs à effectuer des études sur le dispositif des camps d'internement du Xinjiang. En mai 2018, il estimait que les camps accueillent 5 % à 10 % de la population ouïghoure des villes et de 10 % à 20 % de la population des campagnes. Adrian Zenz évoque la transformation des Ouïghours par l’éducation, qui relève selon lui du « lavage de cerveau, du nettoyage des cœurs et de l’élimination des idées diaboliques ».

À la suite de son rapport sur la stérilisation forcée des femmes ouïghoures, Adrian Zenz fait l'objet de dures critiques de la part des autorités chinoises qui le décrivent comme un « catholique fondamentaliste d’extrême droite » qui se croit « guidé par Dieu ». Toujours selon ces autorités chinoises, il serait « membre d’une organisation d’extrême droite soutenue par l’administration américaine ».

 

En août 2018, un comité d'experts des Nations unies estimait qu'un million d'Ouïghours seraient détenus dans des camps d'internement et que deux millions d'entre eux le seraient dans des « camps politiques d'endoctrinement». D’après la Chine, des mesures de « rééducation » sont nécessaires pour prévenir la radicalisation et le terrorisme. Des chercheurs occidentaux pensent que le gouvernement craint plutôt une renaissance religieuse à laquelle il ne s’attendait pas.

 

Une campagne de stérilisation forcée des femmes en âge de procréer serait également appliquée, selon un rapport publié par Adrian Zenz. En avril 2017, le gouvernement chinois a interdit pour les nouveau-nés l'adoption de 29 prénoms musulmans, dont Mohammed, sous peine que les enfants concernés ne se voient refuser l'obtention du livret de famille.

Marc Julienne, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), interviewé par l’hebdomadaire Marianne le 22 juillet 2020, admet, bien qu’il accuse la Chine d’utiliser honteusement le fanatisme religieux de Zenz pour s’innocenter, que les données de Zenz sont hautement spéculatives,

 

L’accusation de génocide brandie par les Etats-Unis est fondée,  selon Julienne, sur ce dernier mensonge.

 

En 1949, les Han (l’ethnie chinoise majoritaire) représentaient 6% de la population totale du Xinjiang, ils sont aujourd’hui 42%. Pour certains, cette augmentation, en soi, ferait partie d’un génocide subi, selon Zenz, par les Ouïghours, mais aussi – dans des proportions moindres – par les autres minorités ethniques du Xinjiang, comme les Huis et les Kazakhs. Or, pour prouver un génocide, il ne suffit pas de montrer qu’une population « exogène » augmente. Il faut également démontrer une élimination physique imposée de force des autres populations.

 

Asatar Bair, qui enseigne l’économie à l’université de Riverside City (Canada), a fourni une analyse chirurgicale des allégations d’Adrian Zenz : la population ouïghoure a doublé au cours des quatre dernières décennies, de 1978 à 2015. La croissance démographique annuelle est de 1,94 %, ce qui est considéré comme extrêmement rapide.

 

Pour Asatar Bair, Zenz se sert des documents officiels qui analysent l’impact économique, social et sécuritaire de la croissance démographique, pour conclure sans la moindre preuve que la Chine aurait décidé à partir de 2015, année où elle lance sa lutte contre le terrorisme ouïghour, de réduire fortement la population ouïghoure.

 

Le Professeur Asatar Bair dénonce le procédé utilisé par Zenz : il construit son argumentation en gonflant et en manipulant à dessein des mesures ordinaires relevant du planning familial qui sont appliquées depuis longtemps par la Chine tant aux populations d’origine Han qu’à ses minorités , bien que de façon plus contraignante envers les Hans. Asatar Bair montre comment des statistiques, qui ne sont par ailleurs guère étonnantes, sont décrites par Zenz en des termes dramatiques tels que « déclin drastique » et « mesures draconiennes de contrôle des naissances », afin de conclure que « les perspectives futures semblent sombres ».

 

Zenz implique, sans le dire directement, qu’il s’agit de mesures racistes, alors qu’il s’agit clairement d’une question d’unité nationale, et non d’une idéologie de pureté raciale.

 

S’agit-il de renoncer à tout recours au planning familial, se demande Asatar Bair ? Au fur et à mesure que les pays augmentent leur richesse, ils traversent inévitablement une "transition démographique" où les taux de natalité baissent, et peuvent même devenir négatifs. Parfois, la situation est vue comme alarmante, mais c’est uniquement par ceux qui ont des visions très traditionalistes, qui veulent maintenir les femmes confinées à la maison, ou ceux qui ont une vision de suprémaciste blanc et qui dénoncent le fait que les populations "non blanches" ont des taux de reproduction plus rapides.


Frank Furet

     
 

Biblio, sources...

«Ouïghours: Adrian Zenz au service du China-bashing», Benjamin Bak, solidariteetprogres.fr, 6 avril 2021

 

«Un rapport réfute les erreurs d'Adrian Zenz liées au Xinjiang», french.xinhuanet.com, 30 avril 2021

 
     

     
 
International

Opération Liberté Immuable
Adrian Zenz et la démographie ouïghoure
Libye
La Syrie et l’axe des «droits-de-l’hommistes»
Pillage généralisé au Congo
Sans l’anglais, svp !
Trumperie sur la marchandise
Etats-Unis : les limites de Bernie Sanders
LES SITES DE RESEAUX SOCIAUX, LEURS CONDITIONS ET LA VIE PRIVÉE
ETUDIER LE TERRORISME
Optimisme
Doubles jeux
UNE AUTRE CULTURE ARABE
COMPRENDRE LE TERRORISME
FMI, inégalités et croissance
Démographie aux Etats-Unis
SANS MA FILLE
LUTTE DES PLACES
Michel Rocard et les crises de l'Occident
Ukraine
La chanson des Pussy Riot
Florence Cassez, innocente
L'Inde nouvelle s'impatiente
Pétrole, Europe et Etat islamique
L’INDE DEVANT SON AVENIR
Ukraine : les gentils Européens à la rescousse...
L’HISTOIRE RECENTE DE L’UKRAINE
LA DECONFITURE DU PARTI QUEBECOIS
Syrie : principes élémentaires de la propagande de guerre
Egypte
Bizarre, bizarre...
TUNISIE  de l'apolitisme au politisme ou de l'enthousiasme à la violence
Mort étrange
CAP CARTHAGE: Un pays sous perfusion
Quand identité et honnêteté s'étiolent
Sabres et goupillons, un peu d'histoire
QUEL FUTUR POUR DJERBA ?
QUEL FUTUR POUR DJERBA ?(II)
Les banquiers sont sympas…
L’Equateur et sa dette
Profil gauche
LE MONDE A GOUVERNER
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE : « le pire des scandales de Ben Ali »
MENACE SUR L’ETAT DE DROIT
TUNISIE (3e partie): L’IMPOPULARITE DE BEN ALI
TUNISIE (2e partie): AUX SOURCES DE LA COLERE
JASMINS DE LA MONDIALISATION
Communication et festivités d'entreprise en Chine….
ISRAEL PALESTINE: Aux sources de la paix… la révolution laïque
Move your money
Energie et économie
Les Indiens d’Amérique latine
Par ici, les terres agricoles...
Etat du monde
Palestine
Pays des ïles
Le siècle de l’Inde ?
Benazir Bhutto, l’exceptionnelle * (2)
Benazir Bhutto , l’exceptionnelle * (1)
Le monde dans tous ses états: DJERBA: LES DERNIERS REMPARTS DE l’ILE
SOUDAN: «L’isolement salvateur»
Devinette Libanaise, acte 2: Le temps des doutes
Lula
Gestion politico-administrative d'un village chez les luba-lulua au Kasaï
Rafic Hariri: A qui profite le crime ?
La Honte
Stratégie mondiale
Edito février 2004
En français dans le Monde
DEMOCRATIE PARTICIPATIVE A PORTO ALEGRE
Relativité de l'économie
La cour pénale internationale
La loi de compétence universelle
ONU SOIT QUI MAL Y PENSE
OCALAN
FLIPPER PLANETAIRE
SHAKE HAND
Brèves
MEXIQUE, LA STRATEGIE DE LA TENSION
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact