Augmentations de salaires au Royaume-Uni

Banc Public n° 295 , Novembre 2021 , Frank Furet



Selon le Financial Times, au Royaume-Uni, les rémunérations du secteur privé ont augmenté de 4 % en moyenne au deuxième trimestre, en rythme annuel. “Bénéficient de cette tendance les travailleurs de domaines très variés où l’on manque de bras, des ouvriers d’abattoir aux avocats en passant par les soudeurs et les employés de banque.”

 

 

D’après le journal économique, les hausses de salaires les plus fortes s’observent dans les secteurs brutalement privés de travailleurs européens peu qualifiés : des dizaines de milliers d’entre eux ont quitté le pays pendant la pandémie et peinent à revenir en raison des strictes règles d’immigration post-Brexit. Les sociétés de transport routier, par exemple, proposent ces dernières semaines des émoluments 15 % plus élevés qu’en décembre dernier afin d’attirer des candidats britanniques, sur fond de pénurie de chauffeurs.

 

C’est vrai qu’il y a bien, non un manque de matières ou de marchandises, mais des perturbations dans la transformation et, plus encore, le transport et la distribution de celles-ci, précisément dans les secteurs dont les conditions de travail sont peu enviables et les salaires à pleurer.

 

Autant d’emplois qui étaient tenus, jusqu’à présent, par des travailleurs étrangers, issus pour une très large part de l’est de l’UE. En 2004, lors de l’élargissement de cette dernière, le premier ministre d’alors, Anthony Blair, avait fait le choix radical de ne même pas mettre en œuvre les garde-fous temporaires qui ont (un peu) limité l’arrivée de Polonais, de Lettons ou d’Estoniens sur le continent. Des centaines de milliers d’entre eux sont venus chercher l’eldorado en Grande-Bretagne, à la grande joie du patronat britannique, avide d’une main d’œuvre prête à accepter des jobs au rabais, faute de pouvoir trouver chez eux – après la « transition post-communiste » – de quoi vivre.

 

Parmi les secteurs les plus concernés figuraient en particulier l’agro-alimentaire et le transport routier. A la faveur de la pandémie, très nombreux ont été ceux qui sont retournés dans leur pays d’origine, et n’ont pas fait le choix de revenir ensuite dans un État qui ne joue plus le jeu de la « libre circulation de la main-d’œuvre ».

 

Résultat : un nombre considérable d’emplois « à bas coût » ne sont plus pourvus. Quelque peu paniqués, les employeurs ont implicitement admis qu’ils devraient consentir des salaires plus décents. Et en juillet par exemple, les chaînes de magasins Asda et Tesco ont même promis une prime de 2 000 livres aux nouveaux chauffeurs qu’elles se proposaient d’embaucher.

 

Ce mois-là, la moyenne des salaires, tous secteurs confondus, a grimpé – hors primes – de 7,4% en rythme annualisé, un record jamais atteint depuis un quart de siècle. S’il fallait une illustration imparable de la pression qu’impose aux rémunérations la présence de travailleurs immigrés – au détriment, du reste, des Anglais comme des étrangers eux-mêmes –, le Royaume-Uni post-Brexit la fournirait aussi clairement qu’une expérience de laboratoire. Sous des formes qui ont certes évolué, le phénomène est aussi ancien que le capitalisme lui-même.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les gros bataillons des électeurs favorables au Brexit se sont recrutés chez les ouvriers et plus généralement dans les milieux populaires, confrontés quotidiennement au dumping social importé et souhaitant en finir avec la libre circulation de la main-d’œuvre et le rapport de force si déséquilibré qu’elle engendre au profit du patronat.

 


Frank Furet

     
 

Biblio, sources...

La vraie catastrophe du Brexit : des augmentations de salaires, ruptures-presse.fr, 6 octobre 2021

 
     

     
 
Europe

Augmentations de salaires au Royaume-Uni
Les agriculteurs français unis dans leur refus du CETA
Les migrations internes à l'Europe
La Commission européenne prévoit de multiplier par 22 ses financements à l’industrie de l’armement
Bénie soit l’UE
Renationalisations au Royaume-Uni
La fraude fiscale explose en France
Elections présidentielles en France: un produit bien marketé
TTIP
Islande
Les banques US aiment l'Union européenne
Le Portugal, la troïka et la démocratie...
Le TTIP (The Transatlantic Trade and Investment Partnership)
Réunion du groupe Bilderberg
Lobbying et Europe
Fascisme mou et raison délirante?
Fairphone
La poussée de Podemos
Mouvance de l'opinion française...
Europe et monde du travail
LE DROIT DE RESISTANCE A L’OPPRESSION ET LA GRECE
L'optimisme à l'honneur...
TSCG:  un coup d'Etat bureaucratique ?
C’EST DIT
Le grand marché transatlantique
La propagande se modernise
Europe et privatisation de l'eau
Les analyses dérangeantes de Maurice Allais
Par ici la monnaie...
Modèle allemand?
Un peu d'histoire
Conflit d’intérêts ?
Libre-circulation des capitaux en Europe
L'Europe qui protège
Pas de taxe européenne sur les transactions financières
Grand marché transatlantique
La Hongrie défie le FMI
Appel pour un «Greenpeace de la finance» de la part de députés européens
Mauvaise Grèce...
Les marchands d’OGM attaquent
Un traité au dessus de tout soupçon
Constitution Européenne: un chat dans un sac ?
Les origines de l'Europe au Moyen-Âge
Europe et privatisations: frénésies, propagandes, réalités...
Europe,enseignement et recherche: Vers une main mise du secteur privé?
Europe: les interstices du centrosome
 
   


haut de page

Banc Public - Mensuel indépendant - Politique-Société-environnement - etc...
137 Av. du Pont de Luttre 1190 Bruxelles - Editeur Responsable: Catherine Van Nypelseer

Home Page - Banc Public? - Articles - Dossiers - Maximes - Liens - Contact